Paris 2024 : Pas de plan B pour la cérémonie d'ouverture, selon Oudéa-Castéra

Paris 2024 : Pas de plan B pour la cérémonie d'ouverture, selon Oudéa-Castéra ©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 04 décembre 2023 à 15h34

Malgré le risque d'attentat, il n'y a pas de plan B pour la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024 a martelé Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports.


Annoncée grandiose, la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024, programmée le 26 juillet 2024, aura bien lieu sur la Seine, comme prévu. Et ce malgré le risque d'attentat, alors qu'une attaque au couteau a causé la mort d'un jeune touriste et blessé deux autres personnes samedi soir, à proximité du pont de Bir-Hakeim, soit tout proche de la Tour Eiffel. "La menace terroriste, notamment la menace islamiste radicale, elle existe, elle est là, elle n'est pas nouvelle. Elle n'est ni spécifique à la France ni spécifique aux Jeux. On est lucides sur cette menace et nous mettons tout en ordre pour la réduire au maximum", a expliqué Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports, interrogée lundi sur France Inter, où elle a également évoqué la possible interdiction de déplacement des supporters de football après la mort d'un fan nantais ce week-end.

"Un plan A dans lequel il y a plusieurs plans bis"

"Il y a des dispositifs de sécurité qui vont être très rehaussés pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Typiquement, l'endroit où s'est passé cet attentat horrible correspond à un périmètre dans lequel on a la possibilité d'avoir des contrôles extrêmement poussés. Ce sont des périmètres extrêmement sécurisés. On a incontestablement, sur la cérémonie d'ouverture, un défi sécuritaire tout particulier, on le sait depuis le premier jour", a poursuivi la ministre, expliquant qu'il n'y avait "pas de plan B. On a un plan A dans lequel il y a plusieurs plans bis. (...) On a un certain nombre de variables d'ajustement. C'est le cas pour l'artistique, qui ne sera finalisé qu'au printemps avec des capacités à moduler, à réduire certains pans de cette programmation." Fin octobre, c'est David Douillet, l'un de ses prédécesseurs au ministère des Sports, qui avait évoqué "un plan B" pour la cérémonie d'ouverture, "si, la veille, les voyants sont rouge cramoisi quant aux risques d'attentat". Oudéa-Castéra lui avait alors répondu, assurant qu'"il n'y a pas d'autre alternative pour la cérémonie d'ouverture. Cela n'a jamais été envisagé."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.