ATP : Un coach français pour Paire dès avril ?

ATP : Un coach français pour Paire dès avril ?©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 24 mars 2022 à 12h25

Un entraîneur à plein temps, ou presque. Voilà comment Benoit Paire espère relancer sa carrière, particulièrement en vue de Roland-Garros dans deux mois. C'est une vraie rareté pour cet écorché vif, séparé de Lionel Zimbler en 2016.



Toujours pas de victoire au premier tour pour Benoit Paire. C'est la sixième fois d'affilée que le Français échoue d'entrée sur un tournoi, après sa quatrième défaite en autant de confrontations face au Suisse Henri Laaksonen (7-6, 1-6, 6-4), à Miami. Son dernier succès sur le circuit ATP remonte à l'Open d'Australie, où il avait vaincu Grigor Dimitrov (6-4, 6-4, 6-7, 7-6) avant de buter sur Stefanos Tsitsipas, non sans prendre un set au passage (6-3, 7-5, 6-7, 6-4). Le 49eme joueur mondial, toujours n°3 national derrière Gael Monfils (25eme) et Ugo Humbert (45eme), n'en a pas moins retrouvé une certaine motivation lors de sa tournée américaine et surtout une certitude encore renforcée : il veut un entraîneur.

"Quand il y a une personne avec moi, je me sens obligé d'y aller. Je suis plus sérieux"

L'Equipe relaie ses propos à ce sujet : "Je sens que j'en ai envie et besoin. Je ne veux pas qu'on me révolutionne mon jeu, qu'on me dise comment faire un coup droit ou un revers, mais j'ai besoin de quelques aspects techniques. Par exemple, mon service est moyen en ce moment, lui va me le corriger en deux ou trois mots et ça fait du bien. Tout seul, on part dans des trucs trop compliqués." Benoit Paire a bénéficié aux Etats-Unis de l'apport ponctuel de Dave Marshall, présenté par Edouard Roger-Vasselin et qui a notamment officié dans le passé avec les frères Bob et Mike Bryan (les anciens rois du double).


De retour en Europe, il va mettre les bouchées doubles en lançant une collaboration avec un coach français à partir du tournoi d'Estoril, fin avril, puis deux à trois semaines par mois. Le nom du technicien choisi n'a pas encore filtré. A 32 ans, le fantasque joueur y trouve aussi - et surtout ? - une marque de sérieux et d'engagement : "Ça me met un cadre. Quand je suis tout seul, j'ai envie de bien faire et de m'entraîner, mais j'ai du mal à trouver la motivation. Alors que quand il y a une personne avec moi qui me prévoit un entraînement à une certaine heure, je me sens obligé d'y aller. Je suis plus sérieux." A confirmer, une fois encore.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.