Natation : Une Canadienne droguée aux Mondiaux

Natation : Une Canadienne droguée aux Mondiaux©Media365

Faraj Benlahoucine, Media365 : publié le jeudi 07 juillet 2022 à 09h49

La nageuse canadienne Mary-Sophie Harvey affirme avoir été droguée à son insu aux derniers Championnats du monde de natation. Une enquête a été ouverte.



Voici une affaire dont le Canada, et le monde du sport dans sa globalité se seraient bien passés. Aux derniers Championnats du monde de natation à Budapest, une nageuse canadienne affirme avec certitude avoir été droguée à son insu. "J'ai été droguée la dernière journée des Mondiaux. Pendant une période de quatre à six heures, je n'ai plus aucun souvenir. Mon seul souvenir est que le gérant de l'équipe canadienne et le docteur étaient à mes côtés tout près de mon lit à mon réveil" a rédigé la Québécoise sur son compte Instagram.


En préambule de son récit, la jeune femme de 22 ans a titré "Noirceur" une première citation: "Les bleus qui subsistent sont les seuls souvenirs qui me restent de la nuit où tu m'as vidée de ma couleur." Elle ne signe pas ces mots de son nom mais par le qualificatif "Droguée". Ses propos sont par la suite appuyés par des clichés d'ecchymoses, à la cuisse notamment. Mais il ne s'agit pas de ses uniques blessures. "Je me suis blessée aux côtes et j'ai subi une commotion cérébrale" a également informé la nageuse.

Mais que s'est-il donc passé ce 3 juillet, la veille du départ de la délégation nord-américaine de la capitale hongroise ? Mary-Sophie Harvey est sortie célébrer la moisson de onze médailles amassées par le Canada à ces Mondiaux, le meilleur résultat du pays à la feuille d'érable. "Mais ensuite, je ne me souviens plus de rien. Il y a une période de quatre à six heures dont je n'ai aucun souvenir. J'ai entendu des bribes d'histoires de certaines personnes. Et j'ai été jugée, aussi" a-t-elle déclaré avant de préciser: "des amis m'ont dit qu'ils avaient dû me transporter pendant que j'étais inconsciente."

"Je ne pouvais pas demeurer silencieuse"

Elle dit ne "jamais s'être sentie aussi honteuse (...) Je me suis questionnée si j'allais publier ou pas, mais il y a tellement de situations tristes de ce genre qui se produisent que je ne pouvais pas demeurer silencieuse" s'est-elle également exprimée. La fédération canadienne de natation a réagi par le biais d'un communiqué, reconnaissant l'existence d'un incident la veille de son départ de Budapest. Le responsable de la communication, Nathan White, a informé qu'une enquête avait été ouverte et que la nageuse avait été soutenue dès la prise de connaissance de cette affaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.