La grosse frayeur de Pogacar

La grosse frayeur de Pogacar©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le dimanche 03 juillet 2022 à 11h54

Lors de la 2eme étape du Tour de France 2022, Tadej Pogacar, le double tenant du titre et grand favori à sa succession, s'est fait peur.



Il s'en est passé des choses samedi sur la 2eme étape du Tour de France , mais pas forcément là on l'on s'y attendait. Le Grand Belt, cet imposant pont de 18 kilomètres, était particulièrement redouté au Danemark, où l'épreuve dispute sa dernière étape dimanche. On pouvait craindre des bordures mais le vent n'a finalement pas joué de tours aux coureurs de la 109eme édition. Le 2eme épisode de ce Tour 2022 a cependant été marqué par plusieurs chutes dont une dernière marquante.

Pogacar : « J'ai réussi à éviter le crash »

A 2,8 kilomètres de l'arrivée, plusieurs coureurs sont tombés comme le champion de France Florian Sénéchal. A l'occasion de cet accroc, Tadej Pogacar s'est fait une grosse frayeur. Le double lauréat du Tour de France a dû jouer les équilibristes mais a quand même heurté une barrière, heureusement sans gravité. « J'ai réussi à éviter le crash, je ne suis pas vraiment tombé mais mes deux roues ont crevé et j'ai tapé les barrières avec mon poignet et ma cheville. Mais ça a l'air d'aller, j'ai l'impression que je suis solide ! », a lancé samedi soir le Slovène qui a fini l'étape à la 152eme place (mais dans le temps du vainqueur Fabio Jakobsen comme le stipule le règlement).


« A l'approche d'un sprint, cela roule toujours très, très vite »

Le grand favori est placé et 3eme du classement général à 8 secondes de Wout van Aert, le nouveau Maillot Jaune. Comment expliquer néanmoins cette chute collective selon Pogacar ? « Dans les trois derniers kilomètres à l'approche d'un sprint, cela roule toujours très, très vite. Mais là, le vent de face était tellement fort, les gars qui emmenaient leur leader devaient tellement se dépouiller que, quand ils s'écartaient, ils étaient à bout de force et n'arrivaient plus à maintenir une vitesse suffisante. Un peu comme s'ils freinaient d'un coup. Il y en a un que je n'ai pas pu éviter », a indiqué le coureur de 23 ans qui s'élancera à partir de 13h05 pour la 3eme étape , dimanche.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.