Challenge Cup : Une finale très particulière pour Mignoni

Challenge Cup : Une finale très particulière pour Mignoni©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 27 mai 2022 à 11h29

Futur entraîneur de Toulon, Pierre Mignoni affronte la formation varoise avec son équipe de Lyon vendredi soir en finale de la Challenge Cup.



Il veut "tout faire pour offrir un premier titre européen à Lyon." Entraîneur du LOU depuis 2015, Pierre Mignoni pourrait vivre l'un de ses derniers matchs sur le banc rhodanien vendredi soir à l'Orange Vélodrome de Marseille, à l'occasion de la finale de la Challenge Cup contre Toulon. Un RCT avec qui le natif de la cité varoise a débuté et fini sa carrière de joueur, et dont il sera l'entraîneur la saison prochaine. Mais l'ancien demi de mêlée, aujourd'hui âgé de 45 ans, ne pense qu'à son club actuel, qui va prendre part à sa première finale européenne après avoir écarté les Wasps dans le dernier carré.

"Ce serait top pour l'avenir"

"Une victoire validerait beaucoup de travail depuis plusieurs années. Un titre, c'est important dans la construction d'un club. Cette finale a une vraie valeur. Ce serait top pour l'avenir. Cela permettrait aux joueurs de prendre encore plus conscience de leur potentiel. Je leur dis souvent qu'on est capable de faire des choses incroyables. C'est ce qu'il faudra faire vendredi soir", a-t-il expliqué en conférence de presse. Un match où le club toulonnais, sur une série de six victoire consécutives en Top 14, dont une très large sur la pelouse du LOU début avril (10-43), et remonté au 7e rang du classement, partira avec les faveurs des pronostics face à des Lyonnais battus à quatre reprises lors de leur six derniers matchs et qui ont glissé à la 8e place, avec une qualification pour les phases finales de plus en plus hypothétique.


" La dernière confrontation n'était pas du tout à notre avantage. On ne s'était pas trop reconnu. Les accidents, ça arrive. C'est du passé. Ce mach nous a fait mal, mais nous a également fait du bien pour la suite, estime encore Mignoni. Et puis on connaît cette équipe, mais c'est réciproque. Le plus important, c'est le mental et la discipline. Une finale, c'est du 50/50. Je sais que vous aimez bien mettre un favori avant des confrontations comme ça mais pour moi, il n'y a pas de favori. Ça se joue dans la tête, de la 1ère à la 80e ou à la 100e minute pour espérer avoir quelque chose.''

Vos réactions doivent respecter nos CGU.