Bleus : Deschamps, Mbappé, son but refusé face à la Tunisie, la Pologne... Les confidences de Griezmann

Bleus : Deschamps, Mbappé, son but refusé face à la Tunisie, la Pologne... Les confidences de Griezmann©Panoramic, Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le vendredi 02 décembre 2022 à 16h41

A désormais deux jours du 8ème de finale de Coupe du monde entre l'équipe de France et la Pologne (dimanche, 16 heures), Antoine Griezmann s'est présenté en conférence de presse. Le numéro 7 a brassé large, évoquant notamment son nouveau but refusé contre la Tunisie, son rôle, son immense respect pour Didier Deschamps, ou encore sa complicité nouvelle avec Kylian Mbappé.



Son but annulé face à la Tunisie : "J'ai été l'un des premiers à mettre un but annulé par la VAR, lors d'un France-Espagne. C'est chiant. On a été gentils car on était déjà qualifié mais ça aurait été autre chose si on avait eu quelque chose à jouer".

Mbappé est "irréprochable" lors de ce Mondial

Kylian Mbappé : "En 2018 ce n'est pas le même joueur et la même personnalité que maintenant.On le voit beaucoup plus dans le groupe, dans les entraînements, il parle beaucoup, il met de la joie de vivre. Il sait qu'il est important pour nous et que chaque geste qu'il fait sur le terrain ou en dehors va être regardé par les fans, les journalistes et ses coéquipiers, il est irréprochable".

Son poste au milieu : "C'est assez libre. Il faut être là dans la relation défense-attaque. J'essaye d'aider mes coéquipiers en défense. Devant moi j'ai trois solutions. Je suis très bien physiquement et donc ma tête va beaucoup mieux et je peux répéter les efforts. En défense j'essaye de gratte quelques ballons".

Du changement depuis 1 an et demi et l'élimination contre la Suisse à l'Euro ? : "On était trop relâchés quand on a mené 3-1. On pensait que c'était plié mais il n'y pas d'adversaire facile dans les grandes compétitions. Ce n'est pas joué d'avance contre la Pologne. Il faut être concentré de la première à la dernière seconde. Le coach donne presque tous les pouvoirs au groupe donc c'est à nous de gérer cela. On a un groupe qui vit bien et qui se donne à fond à l'entraînement. C'est parfait pour essayer d'aller le plus loin possible.."

Sa relation avec Mbappé : "On a pas beaucoup de matchs ou minutes jouées ensemble. La complicité viendra au fur et à mesure des matchs et des années. Je suis plus dans un rôle ou je redescends et j'essaye de trouver les attaquants. Je commence à comprendre son jeu, ce dont il a besoin."

Une nouvelle liberté sur le terrain : "Le fait d'être très bien physiquement ça m'aide beaucoup. Il y a zéro problème dans ma vie privée. J'ai eu des moments difficile à Barcelone et l'été dernier, j'ai eu mon retour à l'Atlético. Il fallait travailler et se faire tout petit. Là je suis en pleine confiance en club et en sélection. Je sais que l'on me fait confiance".

Un dernier Mondial pour Griezmann ?

Son absence de buts : "Je suis moins proche de la surface, il me manque peut-être ce but. Je ne me prends pas la tête par rapport à cela. L'équipe a besoin de moi dans le cœur du jeu, dans la relation attaque-défense. Je ne vais pas me casser la tête. Je vais essayer de mettre les attaquants dans les meilleures dispositions plutôt que d'être à la finition".

Les consignes sur penalties : "C'est très clair au niveau de la hiérarchie mais on ne va pas donner l'info au gardien polonais car il en a déjà arrêté deux. Il aura la surprise s'il y en a un troisième".

Un futur en MLS et son dernier Mondial ?"Je ne sais pas, il faudra voir avec mes performances. D'ici la prochaine Coupe du monde j'aurais peut-être pris des kilos en plus. Il y a beaucoup de trucs autour, il faut aussi être performant en club, mais voilà, je ne me pose pas la question aujourd'hui".

Lloris et les 142 sélection de Thuram égalées dimanche : "C'est une très grande personne, un très grand gardien qui nous a sauvé énormément de fois en 2018. J'ai un immense respect pour sa carrière. Il va rentrer dans l'histoire de l'équipe de France, il peut être fier. C'est un très bon ami, un très bon camarade même s'il n'est pas un grand bavard".

"Deschamps ? Je lui dois tout en sélection"

L'état de santé de Pelé : "Pelé, que dire, c'est une légende. Je ne l'ai jamais rencontré et j'espère le faire. C'est une légende du foot et du Brésil. Peu importe ce que je vais dire, ce n'est pas au niveau de ce qu'il a fait."

La confiance de Deschamps : "Je lui dois énormément. Il m'a appelé et on ne s'est pas quittés. C'est une très belle relation, je lui dois tout en sélection. J'essaye de tout faire pour qu'il continue à avoir confiance en moi. Chaque match, chaque action c'est comme un merci que j'envoie. J'essaye de faire qu'il soit fier de son numéro 7."

"On peut perdre contre n'importe quelle équipe"


Des similitudes entre France-Suisse et le France Pologne à venir ? "Favori ou non, on doit être focus sur nous et garder l'état d'esprit des deux premiers matchs. La Pologne cela va être compliqué, ce ne sera pas un match facile. On n'est pas en quarts, on a un huitième à jouer. On peut perdre contre n'importe quelle équipe. Il faut bien défendre et bien attaquer. Il faut passer à autre chose après la Suisse mais cela va peut-être nous servir à rester concentrés au début du match. Rien n'est acquis pendant le match que l'on soit devant ou menés."

Un autre niveau lors des grandes compétitions pour Griezmann, à l'image de Pogba ? : "Il y a beaucoup d'envie dans ces matchs oui. Mais dire que j'étais perdu avant c'est un peu dur. Dans une Coupe du monde, il y a toujours l'envie de bien faire. C'est une compétition courte. Il y a sept matchs où il faut tout donner. Jouer pour le plus beau maillot du monde, c'est toujours un plus".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.