Un champion de France de boxe sauvagement tué

Un champion de France de boxe sauvagement tué©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le jeudi 05 avril 2018 à 16h05

Dans la nuit de mardi à mercredi, un homme a été tué par plusieurs individus qui lui ont tiré dessus avant de le rouer de coups. Dans son édition du jour, Le Parisien indique qu'il s'agissait d'Amadou Ba, un ancien champion de France de boxe thaï.

Abattu à un feu rouge.

Mardi, aux alentours de 21h30, quatre hommes s'en sont pris violemment à un autre en le rouant de coups et lui tirant dessus entre Créteil et Bonneuil. Dans son édition du jour, Le Parisien révèle l'identité de la victime, qui n'est autre qu'Amadou Ba, ancien champion de boxe thaï.

Originaire de Créteil (Val-de-Marne) et père de famille de quatre enfants, le boxeur a succombé à ses blessures en arrivant à l'hôpital. D'après des sources policières au moment des faits, la victime était dans sa voiture à l'arrêt, lorsqu'un autre véhicule s'est placé à sa hauteur. "Plusieurs personnes en sont descendues. Ils ont tiré des coups de feu, brisé les vitres avec des barres de fer, ils l'ont sorti de sa voiture pour le tabasser et ils l'ont achevé", selon l'un des premiers témoignages.

Touché par plusieurs balles, Amadou Ba présentait plusieurs plaies sanglantes, notamment au niveau du visage. Les agresseurs, au nombre de trois ou quatre, l'ont laissé gisant sur le sol avant de prendre la fuite à bord de leur véhicule.

"C'était un gars bien", décrivent plusieurs personnes interrogées par le quotidien. Avant d'être sauvagement agressée, la victime venait de dispenser un cours de boxe au gymnase Casalis de Créteil. Âgé de 39 ans, cet ancien champion de France en 2005 avait raccroché les gants avant de connaître un divorce compliqué avec son ex-épouse. Il tentait alors de se relancer en assurant l'encadrement de plus jeunes à Créteil ou au Mont-Mesly.

"C'était un travailleur, loin d'être un voyou", témoigne Mamar Mahmoudi, qui l'a connu à Bonneuil. Avant d'ajouter : "Il travaillait dur et s'était investi bénévolement". Au gymnase où il officiait à Créteil, l'émotion était lourde après l'annonce de son décès, notamment pour ses élèves. L'enquête a été confiée à la Brigade criminelle de la police judiciaire de Paris pour lever le voile sur les raisons de son meurtre.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU