Escrime : Cannone sacré champion olympique à l'épée !

Escrime : Cannone sacré champion olympique à l'épée !©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le dimanche 25 juillet 2021 à 14h48

A l'issue d'une journée parfaite, Romain Cannone a dominé le Hongrois Gergely Siklosi en finale de l'épée masculine pour remporter le premier titre olympique pour l'équipe de France à Tokyo. Il fait oublier les déceptions de Yannick Borel, Alexandre Bardenet mais également celles d'Ysaora Thibus, Pauline Ranvier et Anita Blaze au fleuret féminin.



Romain Cannone lance les Jeux Olympiques de l'équipe de France ! Au terme d'une journée marquée par cinq victoires, le Francilien est allé chercher à seulement 24 ans son premier titre olympique au terme d'une finale maîtrisée face au numéro 1 mondial Gergely Siklosi. Mais, avant cela, il s'est défait du Vénézuélien Ruben Limardo Gascon, sacré champion olympique en 2012 mais aujourd'hui âgé de presque 36 ans, sur le score de 15-12 après avoir mené quasiment de bout en bout. Romain Cannone a poursuivi sa belle aventure en disposant du Néerlandais Bas Verwijlen, vice-champion du monde 2011 : 15-11 dans un match qu'il a assez largement dominé. Pour une place en demi-finales, le benjamin de l'équipe de France d'escrime s'est défait du champion du monde 2019 Sergey Bida 15-12, sans jamais avoir été mené durant l'assaut et en concluant sans trembler alors que son adversaire était revenu à 12-13.

Cannone n'a jamais hésité

Opposé à Igor Reizlin en demi-finale, Romain Cannone a assuré à l'équipe de France olympique une troisième médaille avec la qualification pour la grande finale. Dès le début de l'assaut, le Tricolore a montré sa maîtrise avec notamment une touche à la main. Si l'Ukrainien a effacé un retard de trois touches, Romain Cannone a su accélérer pour marquer six des sept derniers points et l'emporter (15-10). Opposé à Gergely Siklosi, le Tricolore a immédiatement pris les choses en main, au sens propre comme au sens figuré. En effet, il est allé chercher une nouvelle touche au niveau de la main, juste derrière la coquille. Si le Hongrois a essayé de faire douter son adversaire, Romain Cannone a parfaitement répondu et enchaîné les touches pour se rapprocher du graal olympique. Si Gergely Siklosi a retardé l'échéance, le Français a mis un terme à un combat qu'il a nettement dominé et remporté de cinq touches (15-10) pour apporter à l'équipe de France olympique sa première médaille d'or.


La journée a tout de même été difficile pour les Bleus

Arme traditionnellement forte de l'escrime française, l'épée masculine a vu Yannick Borel, l'un de ses fers de lance, tomber dès le premier tour. Le Guadeloupéen de 32 ans, champion olympique en titre par équipes et champion du monde 2018 en individuel, s'est incliné sur le score de 15-11 contre l'Egyptien Mohamed Elsayed, après une fin de match complètement manquée, puisqu'il menait 11-10 avant d'encaisser cinq touches de suite. Alexandre Bardenet (31 ans) a quant à lui éliminé l'Américain Curtis McDowald : 15-12 après avoir pourtant été mené 10-5 puis 12-10 mais il est ensuite tombé contre l'Italien Andrea Santarelli, qui s'est imposé 15-11, à l'issue d'un assaut serré où il a fait la différence en terminant par un 3-0. L'Italien s'est ensuite incliné face à Igor Reizlin pour la médaille de bronze. Dans le tournoi de fleuret féminin, Ysaora Thibus (29 ans), vice-championne du monde 2018, a réussi son entrée en lice en disposant de la Hongroise Flora Pasztor. Mais ce ne fut pas une promenade de santé pour la Française, avec une victoire de seulement deux touches : 15-13. Thibus a été menée 2-1 puis 5-4, 10-8 et 12-10, mais elle ne s'est pas affolée et a toujours réussi à recoller, finissant l'assaut par un 5-1. Elle affrontait la vice-championne d'Europe 2015, la Russe Larisa Korobeynikova, pour une place en quarts, et Thibus a pris une petite claque en s'inclinant 15-12. La Française était pourtant parvenue à revenir de 2-6 à 7-7, mais elle a encaissé un 5-0 rédhibitoire à 8-8 et n'a jamais pu revenir dans le match. Le tournoi s'est également terminé dès le premier tour pour Pauline Ranvier et Anita Blaze. Ranvier (27 ans), vice-championne du monde 2019, a déçu en s'inclinant 15-9 contre la Canadienne Eleanor Harvey, après avoir encaissé un 5-0 pour finir. Blaze (29 ans), s'est quant à elle inclinée 15-12 contre une autre Canadienne, Jessica Guo, après avoir été menée quasiment de bout en bout et avoir encaissé un 6-0 rédhibitoire à 4-6.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.