Pro D2 (J28) : Biarritz fait un grand pas vers le maintien

Pro D2 (J28) : Biarritz fait un grand pas vers le maintien ©Icon Sport, Media365

Aurélien Canot, Media365, publié le jeudi 25 avril 2024 à 23h28

Biarritz, qui restait sur deux défaites, a fait un grand pas vers le maintien ce jeudi soir en s'imposant (30-26) sur la pelouse d'Agen dans le match avancé de la 28eme journée de Pro D2. Mathématiquement rien n'est fait, mais le BO y est presque.

"On devait au moins se battre pour faire honneur à ce club, qui doit rester en Pro D2. On l'a fait, ça nous sourit, c'est bien. On est content, j'espère que Colomiers va faire le travail demain. D'après moi, on a encore un match à gagner, et j'espère que l'on va maintenir ce club". Soulagé au micro de Canal Plus Sport après la rencontre tout en insistant bien à plusieurs reprises sur le fait que "rien n'est encore fait", Ilian Perraux, le capitaine du Biarritz Olympique, savait néanmoins qu'en l'emportant à Agen (30-26), jeudi soir dans le match avancé de la 28eme journée de Pro D, cette équipe du BO longtemps très mal embarquée réaliserait une magnifique opération dans l'optique du maintien. Maintenu, Biarritz ne l'est pas encore, on le répète. Le club fraîchement repris en main par Shaun Hegarty, passé par le BO du temps où il était encore joueur, a néanmoins fait un très grand pas avec cette victoire de jeudi sur la pelouse du SUA.

Et Searle libéra le BO...

Un succès d'autant plus important que les Basques, qui ont tremblé jusqu'à la fin dans cette partie, restaient sur deux défaites, dont la dernière en date, contre Grenoble, qui avait laissé des traces. "On était passé à côté, on avait à cœur de réagir et à se racheter en défendant bien", a d'ailleurs rappelé Perraux, qui a été entendu. Déjà devant à la pause (17-14) grâce à des essais de Kiribige et Martin, le BO a confirmé sa domination au retour des vestiaires, avec un nouvel essai, signé Cordin, et un écart de treize points (27-14) avant qu'Agen ne se réveille à son tour. Les Agenais sont finalement venus mourir à quatre points après être revenu à une longueur. Mais il était dit que ce serait Biarritz et son demi de mêlée anglais Billy Searle, auteur de la pénalité de la gagne juste avant la sirène, qui se donneraient un grand bol d'air dans la course au maintien. Même si, une fois de plus, comptablement, ce n'est pas encore fait. Mais cela sent très bon.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.