Dakar - Al-Attiyah : " Un Dakar incroyable "

Dakar - Al-Attiyah : " Un Dakar incroyable "©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le samedi 15 janvier 2022 à 15h55

Vainqueur d'un quatrième Dakar, Nasser Al-Attiyah savoure son nouveau sacre sur l'épreuve mythique.



Intouchable. Dominateur de bout en bout, de la première à la dernière spéciale, Nasser Al-Attiyah a encore raflé la mise sur le Dakar. Pour la quatrième fois depuis 2011, le Qatarien s'est imposé sur la célèbre épreuve en terminant premier, vendredi à Jeddah en Arabie saoudite, devant Sébastien Loeb. Au côté de son copilote français Mathieu Baumel avec qui il a décroché la timbale pour la troisième fois, le pilote de 51 ans a savouré deux semaines de domination.

« Nous n'avons pas rencontré un seul problème durant toute la course »

« Ç'a été un Dakar incroyable pour nous, a relevé Al-Attiyah. Notre dernière victoire remonte à 2019 et nous sommes satisfaits de la nouvelle réglementation T1 +. Il y avait trois équipes solides et capables de s'imposer. Avec Mathieu et toute l'équipe, nous avons réalisé un beau travail pour gagner. Cela faisait deux ans que nous terminions deuxièmes en Arabie saoudite, nous sommes vraiment contents d'atteindre ce but », s'est félicité le Qatarien qui a terminé derrière Carlos Sainz en 2020 et Stéphane Peterhansel en 2021.


« Toyota Gazoo Racing a fait un super travail en l'espace d'un an en construisant cette nouvelle voiture, a ajouté le Qatarien, aux anges. Nous n'avons pas rencontré un seul problème durant toute la course, nous avons une très bonne voiture. Depuis le premier jour, nous avons creusé un écart que nous avons ensuite géré. On va aussi faire de notre mieux à présent pour le Championnat du monde. Nous sommes vraiment heureux et je pense que d'ici une semaine ou dix jours, on pensera déjà au prochain Dakar. » De son côté, Baumel est ravi d'avoir assuré tout le long de la course. « Faire un sans-faute du début à la fin, c'est très gratifiant. C'est bien de temps en temps que l'on puisse parler du travail de l'ombre. Tout le monde a vu cette année à quel point ça pouvait compter », a confié le copilote français de 45 ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.