Zarco : " Je ne m'interdis pas de rêver "

Zarco : " Je ne m'interdis pas de rêver "©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le lundi 05 avril 2021 à 20h10

En tête du Championnat du monde MotoGP, Johann Zarco a avoué lundi sur RMC Sport qu'il se prenait naturellement à rêver d'un sacre. Le double champion du monde de moto2 est également revenu sur cette Marseillaise mémorable vécue aux côtés de Fabio Quartararo.



Son nouvel exploit, dimanche lors du Grand Prix du Qatar, a donné des ailes à Johann Zarco (30 ans). Il lui a surtout donné des rêves. Dont celui bien naturel d'être un jour champion du monde. Et pourquoi pas dès cette saison, que le Cannois a entamée sur les chapeaux de roues, en terminant deuxième lors des deux premiers rendez-vous de l'année. Ce qui lui permet d'occuper les commandes du classement général du Championnat du monde MotoGP, devant son compatriote Fabio Quartararo, autre héros de ce début de saison et vainqueur dimanche à seulement 21 ans de son quatrième Grand Prix déjà dans la catégorie reine. Une première place qui autorise Zarco à rêver d'un sacre, et il ne s'en prive pas, comme il l'a avoué lundi dans le cadre du Super Moscato Show sur RMC Sport, vingt-quatre heures après qu'il a écrit aux côtés de son compatriote l'une des plus belles pages de l'histoire du sport français (la France n'avait jamais placé deux de ses pilotes sur les deux plus hautes marches du podium en MotoGP).


« Le titre de champion du monde ? Il faut y rêver. Moi, je n'ai pas envie de l'oublier ce rêve-là, parce que là, je suis premier du championnat. Donc pourquoi pas ? Je m'entraîne tout le temps pour ça, donc... Je ne me mets pas la pression pour ça, mais je ne me l'interdis pas, ça, c'est sûr », a reconnu le leader du Championnat du Monde, avant de revenir également sur cette Marseillaise que les deux hommes ne sont pas près d'oublier, au même titre que leurs supporters, aux anges.

Zarco : « J'ai dit à Fabio : ''Allez, on chante !'' »



Tandis que résonnait l'hymne français dans le ciel qatari, Zarco s'est ainsi laissé aller à battre la mesure et à chanter des paroles (probablement différentes des vraies) qui ont fait mourir de rire le vainqueur du jour, le Niçois ayant bien du mal à conserver sa concentration et à rester plongé dans son émotion en dépit de ce qu'il était en train de vivre. Une situation qui amuse encore le double champion du monde Moto2 avec du recul. « J'avais envie de chanter, clairement. Même si c'est Fabio qui avait gagné, je n'étais pas du tout attristé que ce ne soit pas moi qui fasse retentir la Marseillaise. C'est pour ça que je lui ai dit : ''Allez, on chante!'' Il était ému, il avait du mal, presque timide. Mais après, il a rigolé et il a réussi à libérer un peu sa voix. C'était plutôt sympa. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.