Natation - Championnats du monde : De très bon augure pour la France

Natation - Championnats du monde : De très bon augure pour la France©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le dimanche 26 juin 2022 à 11h59

L'équipe de France repart des Mondiaux de Budapest avec un beau bilan et 8 médailles récoltées, dont 3 par le prodige Léon Marchand.



Les Championnats du monde se sont conclus avec un état d'esprit général particulièrement réjouissant au sein de l'équipe de France. La délégation tricolore a conclu ces Mondiaux 2022 de Budapest avec 8 médailles. Cinq de ces breloques ont notamment été raflées par la nouvelle génération dont l'émergence en Hongrie a frappé les esprits. Léon Marchand a mené la France vers les sommets avec deux médailles d'or et une d'argent, tandis que Maxime Grousset a rapporté deux distinctions (une en argent et une en bronze).

8 médailles et le phénomène Léon Marchand

Après des années de vache maigre, la dynamique et l'énergie positive étaient au rendez-vous à Budapest pour les Bleus, entraînés dans une spirale positive par le phénomène Léon Marchand, 20 ans tout juste et déjà très grand. « Sans la dynamique, vous ne pouvez pas performer pendant huit jours comme on l'a fait ici », a relevé Jacco Verhaeren, le nouveau directeur des équipes de France. Dès le début, Marchand a performé et lancé l'équipe française. « Des victoires et des bons résultats les premiers jours, c'est super important. On a eu l'habitude de commencer avec Camille Muffat ou le 4 x 100. Là, Léon a bien lancé la machine. Je pense que certains se sont dit que c'était possible. Ce sont des choses qu'on ne met pas forcément en mots mais ça mûrit le soir et ça permet de faire des bons résultats », a analysé Florent Manaudou, le capitaine des Bleus, dans L'Equipe, dimanche.


« Une dynamique et une densité se sont recréées »

Au sortir de ces Mondiaux inspirés et réussis, point de triomphalisme et d'euphorie cependant dans les rangs tricolores. Pas mal de stars de la natation mondiale étaient absentes en Hongrie, comme les Russes, exclus de la compétition. « C'est super encourageant de voir cette densité dans les finales. Après, il faut quand même relativiser, quelques athlètes n'étaient pas encore à leur meilleur niveau avec les Jeux du Commonwealth, il y avait quelques absents, il faut rester bien mesuré. Mais une dynamique et une densité se sont recréées, c'est très positif », conclut le DTN Julien Issoulié. Les regards sont désormais braqués vers les Jeux Olympiques 2024, qui, rappelons-le, auront lieu en France, à Paris.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.