Biathlon : Jacquelin et "l'après Fourcade"

Biathlon : Jacquelin et "l'après Fourcade"©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 21 décembre 2020 à 13h01

S'il assurait avant le début de saison avoir "tourné la page" après le départ à la retraite de Martin Fourcade, Emilien Jacquelin, leader du classement de la poursuite, est revenu sur cet "après Martin" pas forcément évident à gérer.

 

C'est à Hochfilzen que la première partie de la saison 2020-2021 de la Coupe du monde de biathlon s'est terminée ce week-end. Avec une seule victoire française au compteur, celle de Quentin Fillon Maillet sur la poursuite la semaine dernière dans le même village autrichien. Le Jurassien est cinquième d'un classement général dominé par le Norvégien Johannes Boe, alors qu'Emilien Jacquelin, deuxième Tricolore, pointe lui au sixième rang. Vainqueur du petit globe de la poursuite la saison dernière, le Grenoblois a signé deux deuxièmes places dans la spécialité, la semaine dernière derrière Fillon Maillet et samedi, toujours à Hochfilzen, où il n'a été devancé que par Sturla Holm Laegreid. Leader du classement de la poursuite, il aurait pu s'offrir un autre podium dimanche, mais il a chuté dans l'emballage final de la mass start, et s'est classé cinquième. 

"Tout ça rentre en compte"

Jacquelin a ensuite dressé un bilan de sa première partie de saison, qu'il juge "à l'image de cette course, explique-t-il au Dauphiné Libéré. Je suis dans le coup. Je m'étais fixé que, fin décembre, je voulais être en mesure de pouvoir jouer le globe de la poursuite, celui de la mass start et d'être dans les cinq premiers du général. Je pense que je suis dans les clous sans avoir pour autant montrer tout ce que j'étais capable, à part en poursuite." Il est ensuite revenu sur les difficultés qu'il a pu rencontrer à Kontiolahti, où il s'était complètement raté au tir debout lors du relais. "Je ne me sentais pas moi-même. Pas libre. A en avoir peur avant les courses. J'avais du mal à trouver mes repères. Il y avait l'après Martin et tout ça rentre en compte", avoue-t-il encore. Une référence à Martin Fourcade, dont il était très proche, et qui a pris sa retraite à l'intersaison après avoir échoué à deux petits points de Johannes Boe et d'un nouveau titre. Jacquelin assurait pourtant avoir tourné la page. "A la reprise de l'entraînement en mai ou en juillet, il y avait un manque, presque un petit deuil, avouait-il avant le début de saison. De me retrouver seul à l'entraînement, c'était aussi me retrouver face à moi-même. C'était quelque chose de nouveau pour moi. La vie sans lui était plus compliquée, au début ça m'a beaucoup manqué. J'ai appris à me développer moi-même, à chercher des solutions. Ça ne pourra être que bénéfique pour la suite." Il ne reste désormais plus qu'à en récolter les fruits lors de la suite d'une saison qui reprendra le 8 janvier. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.