FFR : Laporte et Altrad vont savoir

FFR : Laporte et Altrad vont savoir©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 13 décembre 2022 à 09h52

C'est mardi que le tribunal correctionnel de Paris va rendre son jugement sur les accusations de corruption et de visant Bernard Laporte, le président de la FFR, et Mohed Altrad, le patron du MHR.



Le rugby français tremble. Mardi, aux alentours de 13h30, le tribunal correctionnel de Paris doit rendre son verdict dans l'affaire qui pourrait faire vaciller la FFR, à dix mois de la Coupe du monde en France. Visé par des accusations de corruption, Bernard Laporte, le président de la fédération, risque trois ans de prison dont deux avec sursis, 50 000 euros d'amende, et une interdiction formelle d'exercer toute fonction dans le rugby durant deux ans. Président du club de Montpellier, Mohed Altrad, l'autre principal protagoniste de ce retentissant procès, avait vu le procureur de la République requérir trois années d'emprisonnement dont deux avec sursis, une amende de 200 000 euros, une interdiction de gérer une société commerciale pendant deux ans et une interdiction d'exercer une fonction dans le rugby pour les deux prochaines années.

Laporte contraint de démissionner ?

"Il vous faudra prononcer, madame la présidente, une peine pour chacun d'eux, avait expliqué le procureur de la République lors du procès en septembre. Cette peine devra être prononcée à hauteur des infractions commises. Ces gens-là ont abîmé la probité qui entoure le rugby français. Chez eux, je ne constate par ailleurs aucune remise en question. Rien n'est exclu que dans une situation similaire, les prévenus agissent encore de la même façon. Bernard Laporte a mis son énergie au service de la FFR et de M. Altrad, violant le principe cardinal de l'indépendance d'une commission de discipline." Trois autres prévenus vont également être fixés sur leur sort : Claude Atcher, ex-directeur général du Mondial 2023, et son associé au sein de Score XV, Benoît Rover, ainsi que Serge Simon, qui s'est mis en retrait de son poste de vice-président de la FFR. Reste donc désormais à connaître le délibéré très attendu de la présidente du tribunal correctionnel de Paris, Rose-Marie Hunault. En cas de condamnation, Laporte, qui clame son innocence, pourrait être contraint de quitter immédiatement son poste de patron de la FFR.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.