Démission Laporte : L'opposition démissionne à son tour

Démission Laporte : L'opposition démissionne à son tour©Panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélien Canot, Media365, publié le vendredi 27 janvier 2023 à 11h10

Dans la foulée de la démission de la présidence de la Fédération française de rugby de Bernard Laporte, qui sera remplacé selon toute vraisemblance par le trésorier de la FFR Alexandre Martinez, l'opposition Ovale Ensemble, dénonçant un "hold-up" a à son tour présenté sa démission.


Une démission en entraîne une autre à la Fédération française de rugby. Juste après que Bernard Laporte a rendu son tablier de président de la FFR - une décision intervenue au lendemain du non à Patrick Buisson, le remplaçant choisi par l'ancien sélectionneur du XV de France - l'opposition a à son tour présenté sa démission. Ovale Ensemble, représenté par Florian Grill, exigeait en effet que de nouvelles élections fédérales soient organisées pour élire le successeur de Laporte. Or, la FFR a décidé de plutôt parier sur un président intérimaire, qui pourrait être le trésorier de l'instance Alexandre Martinez. Ovale Ensemble et Florian Grill ont immédiatement crié au "hold-up". "C'est un véritable hold-up, un déni de démocratie en imposant un président par intérim sans légitimité. On a demandé leur avis aux clubs et on n'en tient pas compte. C'est un putsch. Le comité directeur a choisi la voie statutaire de l'intérim. On ne comprend pas cette solution de s'accrocher. ", déplore celui qui s'était présenté il y a trois ans face à Laporte mais avait été battu par le Gersois.

Grill : "Un déni de démocratie"



Pour Grill, cette décision de la FFR de passer par la solution d'un président par intérim, et ce jusqu'en juin, plutôt que d'aller dans le sens du souhait des clubs, constitue "une forme de putsch" doublée d'un "déni de démocratie", en plus d'être "irrespectueux" envers le vote "qui s'est exprimé par le référendum". Et c'est ce qui a amené Ovale Ensemble à également démissionner du comité directeur de la FFR. ce dernier "n'a pas d'obligation de lancer une élection pour remplacer" l'opposition, a par ailleurs précisé le président de la Ligue régionale Île-de-France, très remonté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.