Top 14 : Les Tops-Flops de la 9eme journée

Top 14 : Les Tops-Flops de la 9eme journée ©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu Warnier, Media365 : publié le dimanche 03 décembre 2023 à 23h50

Retrouvez les tops et les flops de la 9eme journée du Top 14, disputée ce week-end, qui a notamment vu Montpellier poursuivre sa série négative ou le Racing 92 prendre les commandes au classement.



Les tops

Le Racing 92 à qui perd gagne

S'il a concédé Texte du lien, le Racing 92 a quitté l'Auvergne avec un petit sourire aux lèvres. Pau ayant chuté à Toulon quelques heures avant cette rencontre, les Ciel-et-Blanc avaient l'occasion de ravir la première place aux Béarnais et cela s'est joué dans les derniers instants de la rencontre. Menés de bout en bout par les Jaunards, les joueurs de Stuart Lancaster s'en sont remis à une inspiration de Nolann Le Garrec pour Donovan Taofifenua. Un essai inscrit in extremis qui permet au Racing 92 de rapporter le point de bonus défensif de ce déplacement loin d'être aisé. Une place de leader qui permettra aux Franciliens d'entamer leur périple en Champions Cup avec confiance.

Toulon est définitivement lancé

Que le début de saison mitigé du RCT est loin désormais ! Après avoir connu deux défaites pour une seule victoire avant la Coupe du Monde, le club varois est transfiguré depuis plusieurs semaines. A l'occasion de la réception de Pau, qui était dans le fauteuil de leader du Top 14 avant la rencontre, les Toulonnais ont réalisé une prestation de tout premier ordre. Avec 21 des 36 points du RCT à son crédit, Enzo Hervé a été un élément moteur de son équipe. Une quatrième victoire de rang qui permet aux joueurs de Pierre Mignoni de se replacer au classement, à un point seulement du Racing 92.

Castres avance sans faire de bruit

Si le Racing 92 et Toulon font les grands titres, Castres poursuit tranquillement son bonhomme de chemin et prend place sur le podium. Performants avant la pause liée au Mondial, les joueurs de Jeremy Davidson ont confirmé ce samedi que la défaite concédée à Toulon le week-end dernier n'était qu'un accident. Impitoyable à domicile, le CO a infligé une nouvelle défaite à une équipe du LOU qui ne parvient pas à sortir durablement la tête de l'eau. Cette victoire et le quatrième point de bonus pris cette saison, permet aux Tarnais de s'installer à la troisième place du classement, à hauteur de Toulon.

Le Stade Français Paris a fait preuve de solidité

Est-ce la patte Labit-Ghezal ? En clôture de cette 9eme journée, le Stade Français Paris a signé une victoire méritée dans le « Classique » face à Toulouse. Une rencontre qui a vu le club de la Capitale proposer une défense de fer, notamment en deuxième période après les entrées en jeu d'Antoine Dupont ou Emmanuel Meafou, ménagés par Ugo Mola en vue de la Champions Cup. A cela s'est ajouté une attaque parfois inspirée grâce à Léo Barré, auteur d'un doublé. Rory Kockott, lancé très tôt à la place de Brad Weber, a su trouver des espaces dans la défense toulousaine comme à ses plus belles heures castraises. Si les Parisiens se remettent la tête à l'endroit après deux défaites et des déboires extra-sportifs, Toulouse confirme ses difficultés à l'extérieur avec cette quatrième défaite loin du Stade Ernest-Wallon.

Les flops

Les titulaires rochelais à la peine

On ne peut pas dire que Ronan O'Gara a apprécié la prestation de son XV titulaire face à Perpignan. Après 40 premières minutes poussives, l'entraîneur du double tenant de la Champions Cup a secoué ses troupes. Cela s'est matérialisé avec la bagatelle de six changements dès le retour sur la pelouse, avec notamment Jonathan Danty, Antoine Hastoy, Tawera Kerr-Barlow ou encore Pierre Bourgarit qui ont fait leur entrée en jeu. Ce qui a changé la physionomie de la rencontre du tout au tout. Face à des Catalans devenus muets, l'attaque des Maritimes s'en est donnée à cœur-joie avec quatre essais, dont un très spectaculaire signé Pierre Bourgarit.

Montpellier continue de creuser

A Montpellier, rien n'y fait. Alors que le staff a été intégralement renouvelé, les Cistes ne parviennent pas à relever la tête. S'il y a eu du positif dans l'état d'esprit et la combativité, ça n'a pas été suffisant pour que le MHR mette fin à sa série noire. En effet, la défaite concédée à Bayonne est la huitième de rang pour le club sacré champion de France il y a 18 mois de cela. Si, dans leur malheur, Oyonnax, Lyon et Perpignan font également du surplace, une réaction devra venir vite sous peine de voir le maintien s'éloigner progressivement.

Oyonnax malchanceux

Oyonnax y a cru jusqu'au bout ! Face à une équipe de Bordeaux-Bègles qui a encore une fois pu compter sur un Damian Penaud des grands soirs, les protégés de Joe El Abd ont touché du doigt la victoire sur la pelouse enneigée de leur Stade Charles-Mathon. Mais un coup du sort est venu doucher l'enthousiasme des supporters du club du Haut-Bugey. Une pénalité manquée de Maxime Lucu, un rebond capricieux qui a piégé deux défenseurs oyonnaxien et un Louis Bielle-Biarrey opportuniste comme jamais, telle est la recette d'une presque victoire qui devient une véritable défaite. Pour l'USO, ce scenario devra être un avertissement dans la course au maintien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.