24 Heures du Mans : Une 92e édition indécise ?

A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le samedi 15 juin 2024 à 11h17

Alors que Porsche apparaît comme le favori des 24 Heures du Mans chez les Hypercars, Ferrari et Toyota sont en embuscade, tout comme Cadillac, avec le Manceau Sébastien Bourdais.

"Porsche semble au-dessus du lot, mais ce n'est pas une surprise." A l'aube d'une 92e édition des 24 Heures du Mans qui s'annonce particulièrement passionnante, et dont le départ va être donné par Zinedine Zidane samedi à 16h, Porsche, en tête du championnat du monde d'endurance, est favori dans la catégorie reine des Hypercars. C'est d'ailleurs le Français Kévin Estre, déjà vainqueur au Qatar début mars, qui partira en pole position sur sa Porsche 963, qu'il partage avec l'Allemand André Lotterer et le Belge Laurens Vanthoor. "Pas une surprise" donc pour David Floury, le directeur technique de Toyota, une équipe lauréate de 2018 à 2022 mais qui ne s'élancera qu'en 11e position avec Sébastien Buemi, vainqueur à quatre reprises au Mans, où son coéquipier Mike Conway, qui s'est imposé lors de la deuxième étape du championnat à Imola, est absent après une chute à vélo.

Ferrari "pas l'équipe à battre"

Tenant du titre, Ferrari a signé les quatrième et cinquième temps des qualifications, avec les Italiens Alessandro Pier Guidi, qui a triomphé l'an dernier, et Antonio Fuoco. Mais la Scuderia ne se voit pas favorite. "Je crois que nous ne sommes pas l'équipe à battre cette année. J'espère être parmi les teams qui se battront pour gagner, mais je préfère garder les pieds sur terre, donc je dirais qu'un podium peut déjà être un très bon résultat", a confié à l'AFP Antonello Coletta, directeur de l'endurance. Outre ces trois mastodontes, Cadillac fait figure d'outsider et pourrait tirer son épingle du jeu avec le local Sébastien Bourdais, qui partira en deuxième position alors qu'il a longtemps détenu le meilleur temps. "Le Mans n'est pas une course que je veux finir, je veux la gagner", a martelé le Manceau. A suivre également les débuts au Mans de Mick Schumacher, sur Alpine, et du mythique motard Valentino Rossi, qui est lui dans la catégorie LMGT3. Un beau week-end en perspective donc, en espérant que la polémique des pneus froids, puisque faire chauffer ses pneus avant la course est désormais interdit, ne s'invitera pas dans le débat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.