Dopage : La suspension de la Russie réduite de quatre à deux ans par le TAS

Dopage : La suspension de la Russie réduite de quatre à deux ans par le TAS©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, publié le jeudi 17 décembre 2020 à 15h52

Ce jeudi, le Tribunal arbitral du sport a réduit la suspension de la Russie de quatre à deux ans. Le pays sera donc bel et bien privé des prochains Jeux Olympiques d'été de Tokyo.

La décision était très attendue et c'est désormais officiel. Ce jeudi, le Tribunal arbitral du sport (TAS) a réduit la suspension de toutes les grandes compétitions sportives internationales de la Russie, de quatre à deux ans. Une sanction moins sévère mais qui a quand même de lourdes conséquences puisqu'elle prive tout de même bel et bien le pays des prochains Jeux Olympiques d'été de Tokyo au Japon, qui auront lieu l'an prochain, ainsi que des prochains Jeux Olympiques d'hiver, programmés pour l'année 2022, du côté de Pékin en Chine. Pour rappel, l'Agence mondiale antidopage demandait donc à ce que cette suspension grimpe jusqu'à quatre ans, pour transgression des règles antidopage, d'après son verdict rendu, il y a désormais un an, à ce sujet. La Russie, en conflit avec l'AMA, est en proie à un vaste scandale portant sur de nombreuses tricheries supposées, en lien donc avec le dopage. En effet, la nation est accusée d'avoir eu recours à des falsifications de données de contrôles remises à l'Agence mondiale antidopage.

Des athlètes russes pourront participer aux compétitions sous bannière neutre

Dans sa décision, le TAS précise toutefois que des athlètes russes, non sanctionnés pour dopage, auront ainsi l'occasion de participer aux compétitions sportives internationales, mais sous un statut bien précis, à savoir celui d'athlète neutre. En ce qui concerne l'Euro de football prévu l'an prochain, à partir du mois de juin 2021, la Russie pourra bien être présente, dans la mesure où cette sanction ne concerne que les « Majors Events », soit les événements internationaux, et donc pas les événements continentaux, comme est considéré un Euro de football. En 2019, dans un rapport de 26 pages, le comité de révision de conformité de l'Agence mondiale antidopage s'alarmait concernant un cas « extrêmement grave de non-conformité (aux exigences mondiales antidopage), avec plusieurs circonstances aggravantes. La liste complète des recommandations (du CRC) a été approuvée à l'unanimité » des douze membres du comité exécutif, comme avait confié, dans des propos rapportés par l'AFP, le porte-parole de l'AMA, il y a de cela un an.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.