Vendée Globe : Davies est " épuisée " et n'a " plus de muscle dans les jambes "

Vendée Globe : Davies est " épuisée " et n'a " plus de muscle dans les jambes "©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le jeudi 04 mars 2021 à 11h40

Alors qu'elle a abandonné mais quand même fini le Vendée Globe, Samantha Davies a confié sur RTL qu'elle est actuellement « épuisée » et qu'elle n'a « plus de muscle dans les jambes ».



Pour la première fois de l'histoire, un couple a pris part au Vendée Globe. Chacun sur son voilier, évidemment. Samantha Davies concourrait sur « Initiatives-Cœur », Romain Attanasio participait à la course sur « Pure-Best Western ». L'Anglaise de 46 ans et le Français (43 ans) ont connu des fortunes diverses. Le représentant tricolore a fini à la 14eme place, alors que la Britannique a dû abandonner.

Après avoir percuté un objet flottant non identifié en pleine nuit, Davies a quand même achevé la course en solitaire en 110 jours, après avoir réparé au Cap et être repartie hors course. « Cela m'a fait tellement peur. C'était la nuit. Je n'ai rien vu. C'était gros et dur. J'ai été projetée contre une cloison et je me suis cassé des côtes », s'est souvenue Samantha Davies, jeudi matin sur les ondes de RTL où elle était présente au côté de son compagnon. Aujourd'hui, l'Anglaise est « épuisée ». « Je n'ai plus de muscle dans les jambes. Je n'ai pas imaginé être aussi fatiguée », a-t-elle révélé.

Davies : « Ce n'est pas la force physique qui fait la différence, c'est la force mentale »

Mais c'est le jeu d'une telle course et elle se refuse à dire que cela peut être plus dur pour une femme. Les capacités mentales sont prépondérantes. « C'est dur, point. Pour tout le monde c'est dur le Vendée Globe. Ce qui est magique, c'est que c'est un sport mixte : il n'y a pas de division hommes-femmes, parce qu'une femme peut gagner le Vendée Globe. Ce n'est pas la force physique qui fait la différence, c'est la force mentale. Continuer de se battre, de se motiver, de s'engager... Une femme peut faire ça aussi bien qu'un homme », a souligné Samantha Davies.


Attanasio : « On passe son temps à se demander à quel moment tout va nous péter à la figure »

Pour Romain Attanasio, qui avait achevé la course au 15eme rang il y a quatre ans, « ce n'est pas si dur physiquement que ça. Oui, le bateau est dur, monter dans le mât ça fait peur. Mais ce que je trouve le plus dur, c'est qu'on passe son temps à se demander à quel moment tout va nous péter à la figure, à quel moment la course va s'arrêter. » Le Français et sa compagne peuvent maintenant retrouver à plein temps leur garçon Ruben (9 ans), confié aux parents de la navigatrice durant la mythique épreuve en solitaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.