Wimbledon (F) : C'était trop d'émotions pour Elena Rybakina

Wimbledon (F) : C'était trop d'émotions pour Elena Rybakina©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 09 juillet 2022 à 21h40

Alors qu'elle semblait sous le choc après son succès en finale de Wimbledon face à Ons Jabeur, Elena Rybakina a confié en conférence de presse avoir été comme submergée par les émotions.



Elena Rybakina n'en revenait pas. Après avoir su inverser la tendance face à Ons Jabeur, la Kazakhe a remporté ce samedi à Wimbledon son tout premier titre en Grand Chelem. Alors qu'elle n'a pas exprimé sa joie de manière spontanée à l'issue de la rencontre et lors de la remise du trophée, la native de Moscou a confié qu'une fois le match conclu, elle était « juste super contente qu'il se termine ». Incrédule, Elena Rybakina a admis en conférence de presse que « ces deux semaines ont été tellement imprévisibles » et qu'elle ne croyait pas avoir pu s'imposer en finale sur le Centre Court. Assurant qu'elle est « toujours très calme », la Kazakhe a admis qu'elle était « sous le choc » à la fin de cette finale. « Je savais au fond de moi que je pouvais le faire. Mais en même temps, c'était trop d'émotions, a ajouté Elena Rybakina. J'essayais juste de rester calme. Peut-être qu'un jour vous verrez une énorme réaction de ma part, mais malheureusement pas aujourd'hui (samedi). »

Rybakina : « J'ai plus apprécié la demi-finale »

Interrogée sur sa capacité à profiter de cette finale, la Kazakhe a confié que ce n'était pas forcément le cas. « Je n'ai pas apprécié autant que j'aurais dû. J'ai plus apprécié la demi-finale, a-t-elle déclaré face à la presse. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que j'avais très bien joué. Mais bien sûr, je me souviendrai toute ma vie de cette journée ! » A l'issue d'un parcours quasiment sans faute, avec des succès face à Bianca Andreescu, Ajla Tomljanovic ou Simona Halep pour se hisser en finale, Elena Rybakina a confié avoir prouvé « qu'il n'est pas toujours nécessaire d'avoir une grande équipe dès le plus jeune âge ». « Tout le monde peut y arriver, quelle que soit sa situation financière. Mes parents ont toujours cru en moi. Ils ont d'abord voulu que je m'amuse sur le court, ce que j'ai toujours fait. Et j'ai eu la chance quand j'étais jeune d'évoluer dans un très bon groupe de joueuses, dans une ambiance de compétition, et d'amitié, aussi. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.