Roland-Garros : Nadal peut-il battre Zverev ?

Roland-Garros : Nadal peut-il battre Zverev ?
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le vendredi 24 mai 2024 à 13h09

Alexander Zverev sera favori contre Rafael Nadal, il le sait pertinemment. Mais il est également bien au courant du pedigree de son vis-à-vis, surtout dans un tel timing pour l'histoire à Roland-Garros.

Après tout, n'est-ce pas la meilleure chose qui pouvait arriver à Rafael Nadal ? En manque total de certitudes, il est attendu comme perdant et assez nettement face à Alexander Zverev, un des joueurs les plus en forme sur terre battue puisqu'il vient de remporter le Masters 1000 de Rome la semaine dernière. Le seul risque est qu'il subisse une déculottée trop majeure, particulièrement dans le premier set car c'est l'unique moment où il semble en mesure de résister. Ensuite, les manques physiques risquent d'être trop criants, en tout cas c'est le constat de ses sorties successives à Barcelone, Madrid puis Rome.

"Le plus grand défi de notre sport, c'est Nadal sur le Chatrier"

Mais pour Alexander Zverev aussi, la pression sera décuplée, d'autant que c'est face à cet illustre adversaire qu'il s'était blessé en plein coeur d'une superbe demi-finale, en 2022 - à la fin d'un deuxième set encore plus haletant que le premier, remporté par l'Espagnol au tie-break. Lui-même ne pouvait pas mieux le dire, il y a deux semaines : "Le plus grand défi de notre sport, c'est Rafael Nadal sur le Chatrier. J'adorerais l'y affronter une nouvelle fois, pour chasser ça de mes souvenirs." Alors, c'est bien dans les deux têtes que les sentiments seront tous entremêlés. "Il n'est pas le même sur ce court. Sa balle devient tout d'un coup plus rapide, de même que son jeu de jambes et la vitesse de ses pieds. Il a beaucoup plus d'espace sur ce court massif, c'est plus difficile de frapper un coup gagnant. On a l'impression qu'on ne peut pas s'en débarrasser. J'aurais gagné le premier set contre n'importe quel autre joueur, mais face à lui et sur ce court, vous finissez par perdre alors que vous avez l'impression de gagner."

Hormis Novak Djokovic ou Carlos Alcaraz, c'est sans doute le pire tirage qui pouvait arriver à Rafael Nadal pour ce que tout le monde ou presque considère déjà comme son adieu à Roland-Garros, le temple absolu de ses quatorze victoires (de 2005 à 2008, de 2010 à 2014, de 2017 à 2020 et enfin en 2022). Mais n'est-ce pas aussi le signe du destin, celui d'un monstrueux champion qui partirait ainsi avec les honneurs dus à son rang ? Jean-Paul Loth "reste sceptique sur sa caisse en cinq sets" (pour L'Equipe) : "Mais je n'exclus pas que le vieux puisse gagner. Je m'attends à ce qu'il fasse un petit ramdam."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.