Ski alpin : C'est reparti pour un tour... ou pas

Ski alpin : C'est reparti pour un tour... ou pas©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le samedi 22 octobre 2022 à 16h09

La Coupe du monde a débuté samedi par une annulation, à Sölden pour le géant féminin. Prochaine tentative dimanche, pour les garçons, mais il faudra attendre un mois pour que cette année de Mondiaux débute réellement.


Hommes

Le tenant du titre Marco Odermatt aura-t-il l'opportunité de relancer la machine dès dimanche, à Sölden ? C'est loin d'être évident, le premier géant féminin qui devait ouvrir la saison ayant été annulé samedi à cause de la météo. Si tel n'est pas le cas, le Suisse devra attendre près d'un mois, comme tous ses camarades, puisque la descente de la semaine prochaine à Zermatt-Cervinia a déjà été annulée - ce qui pose inévitablement question sur l'opportunité de débuter une saison au mois d'octobre, notamment au vu du réchauffement climatique. Et encore, ce serait pour un géant parallèle le 13 novembre à Lech-Zürs.

Il faudra ensuite attendre le 25 novembre pour observer le premier grand week-end de reprise à Lake Louise, au Canada, avec une descente et deux Super-G. Henrik Kristoffersen sera attendu comme le principal outsider, avec bien sûr Alexis Pinturault qui ne peut que faire mieux par rapport à sa terrible saison dernière où il n'avait pas du tout géré son statut de vainqueur du gros globe. Avant les finales du mois de mars en Andorre, les Mondiaux auront eu lieu en février à Val d'Isère et la France aura accueilli deux manches de Coupe du monde : en décembre à Val d'Isère, justement, et en février à Chamonix juste avant les championnats du monde. Côté français, Clément Noël et Johan Clarey, respectivement champion olympique de slalom et vice-champion en descente, viseront encore des coups d'éclat.

Femmes

Mikaela Shiffrin est probablement encore plus favorite qu'Odermatt chez les messieurs, tant l'Américaine écrase tout sur son passage. Sauf qu'on scrutera de près la façon dont elle a été impactée par ses Jeux de Pékin catastrophiques (pas une médaille)... Petra Vlhova, sa dauphine de la saison passée, doit normalement rester à distance encore très respectable. Chez les Bleues, Tessa Worley sera à nouveau la grande patronne du clan. En espérant que Romane Miradoli, victorieuse l'an dernier sur un Super-G, puisse suivre de manière un peu plus régulière afin de rehausser le niveau global de l'équipe de France.

Au calendrier, les filles gardent elles encore l'espoir de pouvoir disputer leurs deux descentes d'ouverture à Zermatt-Cervinia, puisqu'elles doivent avoir lieu dans deux semaines (et non une, comme les garçons) après leur départ manqué samedi à Sölden. A Levi, le 19 novembre, deux slaloms doivent réellement lancer cette nouvelle année. Elles passeront à Val d'Isère en décembre, mais pas à Chamonix juste avant les Mondiaux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.