Lucu : «On a réussi à le faire»

A lire aussi

Aurélien Canot, Media365, publié le lundi 17 juin 2024 à 10h48

Après la qualification de Bordeaux-Bègles pour sa quatrième demi-finale consécutive, Maxime Lucu, le capitaine de l'UBB qui n'envisageait pas de rater ce rendez-vous face au Stade Français programmé en Gironde, a tenu à souligner l'importance des avants dans cette qualification aux dépens du Racing 92, mais aussi des supporters, très précieux eux aussi.

La carotte était somptueuse. Bordeaux-Bègles n'a pas laissé passer l'occasion de la croquer à pleines dents. Et pour la troisième fois consécutives, voici l'UBB de nouveau en demi-finales du Top 14. Cette fois, les Girondins auront de surcroît le privilège (et l'avantage ?) de disputer cette demie, qui les opposera au Stade Française, chez eux, sur la pelouse du Matmut Stadium. Rien que pour cela, Maxime Lucu savait qu'il ne fallait pas briser la série et répondre de nouveau à l'appel du dernier carré. Les supporters ne s'étaient d'ailleurs pas gênés pour le lui rappeler avant ce barrage remporté avec la manière (31-17), dimanche soir au stade Chaban-Delmas face au Racing 92. "On a ressenti beaucoup de pression pendant la semaine. On nous avait beaucoup parlé de la demi-finale au Matmut Stadium et on savait qu'il y avait ce match-là face au Racing, qui a l'habitude des phases finales (...) Cela faisait trois fois que l'on était en demies, trois fois que l'on échouait, donc on voulait retenir cette date. On l'avait coché, comme beaucoup d'équipes, mais nous, sachant qu'on recevrait à Bordeaux pour les demies, on voulait forcément venir. La saison a été longue, difficile par moment, mais on a réussi à le faire, avec aujourd'hui (dimanche) un très bon match", a rappelé le capitaine de l'UBB sur Canal Plus après la qualification.

Lucu : "Quand on voit ça, c'est magnifique"

Pour le demi de mêlée international français, elle doit essentiellement à deux choses : la magnifique copie des avants de l'équipe ainsi que le soutien des supporters. "On a réussi à emmener les supporters avec nous, et quand on voit ça, c'est magnifique (...) Il faut aussi remercier les gros (sic), qui ont fait un énorme travail et qui ont mis à mal cette équipe du Racing, qui est costaud". Lucu a néanmoins très vite compris que l'UBB, pourtant privée de Mathieu Jalibert, avait le potentiel pour faire voler en éclat ces Racingmen particulièrement indisciplinés en première mi-temps. "Il y a eu un chassé-croisé au début un peu, mais on sentait qu'on prenait le dessus, notamment devant avec les ballons portés." Un atout sur lequel les Girondins pourront de nouveau s'appuyer, le week-end prochain contre le Stade Français au Matmut Stadium. En espérant pour l'UBB que la quatrième sera la bonne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.