Bayonne : Quelle est donc la recette de la réussite basque ?

Bayonne : Quelle est donc la recette de la réussite basque ?©Media365
A lire aussi

Faraj Benlahoucine, Media365 : publié le dimanche 04 décembre 2022 à 18h02

L'Aviron Bayonnais, promu surprenant cette saison en Top 14, occupe la 5eme place du classement. Mais d'où vient cette réussite inattendue des Basques ?



Habitué à faire l'ascenseur ces dernières saisons entre le Top 14 e la Pro D2, l'Aviron Bayonnais semble cette saison bien décidé à conserver sa place dans l'élite. Actuellement 5eme avant l'affiche de clôture de la 12eme journée entre Toulon et le Racing 92, le promu est certain de conserver sa place dans le top 6 avant la coupure imposée par les Coupes d'Europe. Ce bilan positif (7 victoires, 5 défaites), les Basques le doivent en premier lieu à leur parcours sans-faute devant leur public de Jean-Dauger. Dans cette enceinte transformée en forteresse, les Ciel et Blanc ont croqué le Racing 92, Bordeaux-Bègles, Perpignan, le Stade Toulousain et le champion d'Europe La Rochelle. Et la dernière victime en date ce samedi se nomme Lyon. Un sacré tableau de chasse.


Capables de trouver des ressources insoupçonnées à domicile, les Bayonnais commencent même à mieux s'exporter. En mesure de décrocher leur premier succès à l'extérieur de la saison à Clermont un mois auparavant (20-25), les hommes de Grégory Patat se sont appuyés sur l'expérience d'un ex-Jaunard, Camille Lopez. Le demi d'ouverture expérimenté, recrue phare de l'intersaison, est venu solidifier l'épine dorsale de l'équipe disposant désormais d'éléments fiables et confirmés. A l'arrière, l'excellent buteur et métronome Gaëtan Germain chaperonne une ligne de trois-quarts talentueuse alimentée en amont par une charnière Machenaud-Lopez. Et devant, le talonneur argentin Facundo Bosch en provenance du Stade Rochelais a également apporté sa science du jeu.

Et pourquoi pas les phases finales ?

Ce casting malin est agrémenté d'un cocktail détonant pour signer de tels résultats. Tout d'abord on peut souligner la combativité du pack et la solidité des Basques en conquête. Une base fondamentale. Quant aux trois-quarts, ils sont animés d'une soif incommensurable de jouer tous les coups à fond. Symbolisés par la révélation de ce début de saison, le Fidjien Sireli Maqala, encore éblouissant ce samedi contre le LOU, les arrières basques jouent sans aucun complexe. Dans son sillage, les ailiers Teiva Jacquelain et Rémy Baget semblent aussi monter en régime au fil de la saison. Et cette recette concoctée par l'Aviron Bayonnais porte donc ses fruits. Plutôt que de penser au maintien, pourquoi pas rêver d'une saison exceptionnelle pour le champion de France de Pro D2 qui s'achèverait en apothéose avec des phases finales au printemps ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.