Humbert, salut le terrien

Humbert, salut le terrien©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, publié le mardi 29 septembre 2020 à 08h05

Uog Humbert, à 22 ans seulement, est une des meilleures chances de voir un Français en deuxième semaine à Roland-Garros, même s'il lui faudra cravacher. Et battre Marc Polmans mardi, déjà, au premier tour.



Il y a une semaine, coup de tonnerre du côté de Hambourg : Ugo Humbert, au sommet de son jeune art, sort Daniil Medvedev en deux sets au premier tour (6-4, 6-3) sur la terre battue allemande. On parle bien du cinquième joueur mondial, du finaliste magnifique l'an dernier à l'US Open face à Rafael Nadal. Le Russe, qui était tête de série n°1, a notamment perdu un point marathon qui a fait le tour de la planète tennis, celui qui offrait deux balles de set au Messin sur le service de son adversaire. Le jeudi, rebelote face à Jiri Vesely (6-4, 6-3).

"Je détestais. Je ne comprenais pas pourquoi ça glissait"

Le vendredi, en quarts de finale, Humbert a dû malheureusement stopper son parcours contre Casper Ruud (7-5, 3-6, 6-1), le jeune Norvégien qui monte lui aussi (25eme mondial) et sortait d'une finale au Masters 1000 de Rome face à Novak Djokovic. Bref, rien d'infamant pour Humbert. Au contraire, c'est une vraie excitation qui entoure le parcours du seul joueur tricolore vraiment en forme ces derniers temps. Et qui, pourtant, est loin d'être un terrien de formation. "Je détestais, rit-il (pour L'Equipe). A chaque fois que j'arrivais sur la surface je ne comprenais pas pourquoi ça glissait tout le temps, ça m'énervait. Mais là, j'adore ! Je n'ai jamais ressenti ça." Révélé à Wimbledon l'an dernier, il avait été éliminé en huitièmes de finale par Novak Djokovic après s'être offert Félix Auger-Aliassime.


Cette saison, Humbert a gagné le tournoi d'Auckland en janvier (contre Benoit Paire en finale), a été vaincu par Matteo Berrettini à l'US Open et s'est aussi payé Fabio Fognini à Rome, où il n'est tombé que contre Denis Shapovalov en trois sets. Le nouveau n°3 français (38eme mondial) sera donc scruté de près par tous les suiveurs attentifs. Rançon de la gloire, tout autre résultat qu'une qualification face au lucky loser australien Marc Polmans, 122eme au classement ATP, serait une inévitable déception sur le court n°14. D'autant que son tableau théorique donne envie, avec des duels difficiles mais pourquoi pas abordables face à Cristian Garin et Karen Khachanov, aux deux tours suivants, puis un scénario qui serait bien connu : Novak Djokovic en huitièmes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.