Turquie : Mandat d'arrêt contre un ancien nageur olympique accusé de s'être moqué du Covid d'Erdogan

Turquie : Mandat d'arrêt contre un ancien nageur olympique accusé de s'être moqué du Covid d'Erdogan©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, Media365 : publié le lundi 07 février 2022 à 17h00

En Turquie, un mandat d'arrêt a été émis contre Derya Buyukuncu, un ancien nageur olympique, accusé de s'être moqué, via Twitter, du Covid-19 du président Erdogan.



La justice turque a décidé de sévir. En effet, un total de huit mandats d'arrêt ont ainsi été émis, pas plus tard que ce dimanche. Et parmi ces huit personnes visées, on retrouve un ancien nageur olympique. Toutes auraient fait des commentaires sur Twitter, en se moquant du président turc Recep Tayyip Erdogan, testé positif, ce week-end, au Covid-19. Aujourd'hui âgé de 67 ans, le chef de l'Etat de la Turquie s'était exprimé, pas plus tard que ce samedi, en indiquant ainsi notamment que son épouse et lui-même ne souffraient que d'une forme "légère". Sur Twitter, après avoir reçu de nombreux messages de dirigeants et autres responsables du monde entier, il avait alors répondu pour remercier toutes ces personnes pour leurs bons vœux de rétablissement.

Quatre personnes ont déjà été arrêtées

Toutefois, un compte Twitter a ainsi été repéré par les autorités locales, ce samedi. Un compte attribué au nageur Derya Buyukuncu. Ce dernier, spécialiste de la discipline du dos crawlé mais aussi de celle de la nage papillon, a ainsi notamment participé à un total de six éditions de Jeux d'été. Et plus précisément à ceux de 1992 à Barcelone en Espagne, ceux de 1996 à Atlanta aux Etats-Unis, ceux de 2000 à Sydney en Australie, ceux de 2004 à Athènes en Grèce, ceux de 2008 à Pékin en Chine et ceux de 2012 à Londres en Grande-Bretagne. Sur Twitter, l'ancien nageur expliquait ainsi notamment avoir préparé une confiserie, en grande quantité, traditionnellement distribuée à des funérailles. Par conséquent, c'est ce lundi que le bureau du procureur d'Istanbul a donc annoncé avoir émis un mandat d'arrêt contre l'ex-sportif. Et ce dans le cadre d'une enquête ouverte pour "messages d'ordre criminel sur les réseaux sociaux". Quatre personnes ont d'ores et déjà été arrêtées, alors que ce sont bel et bien huit mandats qui ont donc été émis.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.