St. Français - Azagoh : "On n'a pas réellement déconnecté"

St. Français - Azagoh : "On n'a pas réellement déconnecté"©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le vendredi 31 décembre 2021 à 17h28

Les Parisiens, à la croisée des chemins entre le top 6 et la zone rouge, espèrent pouvoir enfin rejouer samedi, contre Perpignan pour ouvrir la phase retour de Top 14 (quatorzième journée). Normalement, ça devrait être bon.



Le Stade Français fait partie des huit équipes de Top 14 qui, à force de reports à cause du Covid - en Coupe d'Europe comme en championnat de France -, n'ont pas joué depuis au moins trois semaines (quasiment un mois pour Brive). A priori, tous les signaux sont au vert pour que la rencontre face à l'USAP, samedi soir, ait bien lieu à Paris. "C'était assez frustrant la semaine dernière, on s'est retrouvés pour aller à Toulouse et ça a été annulé au dernier moment, regrette Julien Arias, le coach des arrières. On s'est à nouveau séparés mercredi pour de nouveaux tests, les quinze derniers jours ont été compliqués avec une préparation tronquée. Mais les joueurs ont bien réagi, ils ont gardé la forme et il leur tarde de refouler les terrains."

Le deuxième ligne Pierre-Henri Azagoh confirme : "On n'a pas réellement déconnecté, puisqu'on était prêts à jouer. On était à l'aéroport lorsqu'on a appris le report du match, donc on a basculé directement sur Perpignan... Nous étions aussi déçus que Toulouse de ne pas jouer, on a hâte de renouer avec la compétition." Alors qu'Arias et le club "se plient aux règles, comme tout le temps", l'entraîneur admet tout de même que c'est "compliqué pour faire l'équipe". Enfin, il s'agira samedi d'une dernière sans jauge partielle dans les tribunes - pour au moins trois semaines, ensuite. "Un stade plein, ça n'a rien à voir, ça change énormément de choses, déplore le demi de mêlée Arthur Coville. Alors, on va en profiter... C'est toujours frustrant de voir un stade vide, même à moitié."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.