Betclic Elite (demi-finales) : Paris prend l'avantage face à l'ASVEL

Betclic Elite (demi-finales) : Paris prend l'avantage face à l'ASVEL ©Icon Sport, Media365

Aurélien Canot, Media365, publié le jeudi 23 mai 2024 à 23h21

Paris a nettement dominé l'ASVEL (94-81), jeudi soir sur le parquet de l'Adidas Arena dans le match 1 de la seconde demi-finale de Betclic Elite. Les Villeurbannais, balayés dans le premier quart-temps (33-11), ne se sont jamais remis de leur entame abominable. Ils n'auront pas d'autre choix que de rectifier le tir samedi lors du match 2.

"Quand on commence comme ça, revenir une fois dans l'année sur un match contre Saint-Quentin et faire un exploit, c'est une chose, mais contre une équipe de ce niveau-là, c'est juste pas possible". Dépité au micro de La Chaîne L'Equipe après le match, Joffrey Lauvergne (12 points, 10 rebonds, 2 passes) a parfaitement résumé le sentiment qui habitait toute son équipe lorsqu'elle s'est retrouvé menée de... 27 points dans un premier quart-temps perdu 33-11 par les Villeurbannais face à Paris sur le parquet de l'Adidas Arena. En livrant une entame de match aussi catastrophique, l'ASVEL savait qu'il serait très difficile d'inverser la tendance et d'aller remporter ce match des demi-finales des play-offs de Betclic Elite, finalement perdu de treize points (94-81) par les Rhodaniens. En dépit de ce début de match cauchemardesque face à des Parisiens qui avaient, eux, démarré pied au plancher pour éviter de revivre la même mésaventure que face au Cholet à domicile, là aussi lors du match 1, en quarts de finale, les anciens champions de France ne se sont pourtant pas laissé abattre.

Luwawu-Cabarrot pas récompensé

Et ce n'est pas non plus l'expulsion de Youssoupha Fall, un peu plus tard pour un mauvais coup sur Enzo Shahrvin après un dunk du Villeurbannais, qui a freiné les intentions des visiteurs. Ils partaient néanmoins de trop loin (50-39 à la pause) pour pouvoir réussir une incroyable remontada face à un TJ Shorts encore très en vue (14 points) et ce Paris Basket qui peut également s'appuyer sur Collin Malcolm (meilleur marqueur de son équipe avec 18 points) ou le génial Nadir Hifi, encore auteur d'un panier venu d'ailleurs. Portée par un Timothé Luwawu-Cabarrot des grands soirs (22 points), l'ASVEL est bien revenue un temps à six longueurs, mais sans jamais parvenir à passer devant au score. Une chose est sûre : si les protégés de Tony Parker veulent reprendre l'avantage du terrain, samedi toujours à l'Adidas Arena lors du match 2, ils devront cette fois mettre leur réveil à l'heure. Les Villeurbannais devront également réapprendre à battre les hommes de la capitale, car lors des trois dernières confrontations entre les deux équipes, ce sont les Parisiens qui l'ont emporté. Une quatrième défaite de rang ferait probablement le plus grand mal à l'ASVEL, qui n'a toujours pas réussi à afficher la même constance sur un match entier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.