L1 (J27) : Marseille parvient à ralentir l'OL

L1 (J27) : Marseille parvient à ralentir l'OL©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le dimanche 28 février 2021 à 23h05

Tenu en échec par Marseille (1-1), l'OL n'a pas réussi à profiter du nul de Lille contre Strasbourg pour se rapprocher de la tête de la Ligue 1. Au Vélodrome, les hommes de Rudi Garcia avaient ouvert le score mais à l'issue de la 27eme journée, ils ont reculé à la troisième place.



Si Marseille et Lyon ne nagent plus dans les mêmes eaux, cet Olympico est de ces matchs où l'électricité de l'instant éclipse la photographie du classement. Dans l'ère récente du foot français, l'affiche est devenue électrique. Parce que les deux Olympiques ne s'aiment pas, déjà, et parce qu'elles jouent gros, à chaque fois. C'est inhérent à leur statut.

L'OL est engagé dans une lutte acharnée pour le titre. Et l'OM reste l'OM. Même englués dans le ventre mou, Steve Mandanda et sa bande devaient se montrer sous leur meilleur visage pour la dernière sur le banc de Nasser Larguet, remplacé par un Jorge Sampaoli prêt à scruter les prestations de tout ce beau monde. La première impression a toujours son importance.

L'OL frappe d'entrée de jeu

Il n'a pourtant pas fallu attendre longtemps pour voir le gouffre technique qui séparaient les deux équipes. D'entrée de jeu, les Lyonnais ont imposé leur loi pour gagner la bataille du milieu avec une grande maîtrise. Un premier temps fort matérialisé par l'ouverture du score : sur une action d'école, Lucas Paqueta, décalé par Memphis Depay, a distillé un centre précis qu'Aouar a subtilement laissé passer pour Toko-Ekambi, dont la reprise en première intention a fait mouche (0-1, 21e).

L'OL gérait son affaire. Les Gones auraient même pu faire le break sur une tête lobée de Memphis à la réception d'un centre de Cornet, à quelques centimètres de la barre (37e). Il était alors difficile d'imaginer l'OM sortir la tête de l'eau. À ce stade du match, les Olympiens n'en avaient pas les moyens dans le jeu. Il a donc fallu activer d'autres leviers, jouer par à-coups. C'est ce que les locaux se sont attelés à faire, en haussant le ton dans l'intensité à mesure que le temps filait. Et c'est sur un fait de jeu assez trouble qu'ils ont refait surface : suite à un corner, M. Millot a jugé que le tir puissant de Gueye avait été contré du bras par Paqueta. Avec beaucoup d'aplomb, Milik ne s'est pas fait prier pour transformer le penalty après un petit saut de cabri (1-1, 44e).

Sursaut d'orgueil avant l'ère Sampaoli

L'intensité n'est pas retombée après le repos, bien au contraire. Les lignes se sont progressivement étirées, chacun jouant avec ses armes. Brillant par ses déplacements et ses enchaînements, Memphis aurait pu redonner l'avantage à l'OL sur une frappe qui a rasé le montant (56e), avant que Khaoui ne lui réponde à l'autre bout du rectangle vert en faisant trembler le filet extérieur (57e).

Cette minute un peu folle a confirmé que les débats s'étaient équilibrés. Et si les hommes de Garcia ont eu les situations pour repasser devant, l'affaire s'est compliquée après l'expulsion de Paqueta, sanctionné d'un deuxième jaune pour une faute sur Payet (72e). Jusqu'au bout, les Lyonnais ont résisté pour ramener ce point, faisant même passer un dernier frisson sur un ultime inspiration de Memphis, dont le but dans un angle fermé a été refusé (88e).L'OL passera les trois prochains jours à la troisième place. L'OM grimpe à la septième avec un match en moins.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.