Tapie : "Ça aurait pu finir beaucoup plus mal..."

Tapie : "Ça aurait pu finir beaucoup plus mal..."©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mardi 06 avril 2021 à 20h31

Le cambriolage violent de Bernard Tapie et sa femme, attaqués dans leur sommeil ce week-end, n'avait pas encore pu faire l'objet d'une réaction de la part du malheureux intéressé. Lequel a consenti à livrer ses premiers mots.



Bernard Tapie va "comme ci, comme ça", ainsi qu'il l'a indiqué à Libération après avoir été passé à tabac chez lui dans la nuit de samedi à dimanche, à son domicile en Seine-et-Marne : "C'est un peu dur à encaisser, mais cela va passer. J'aurai peut-être un peu de séquelles pour ma tumeur au cerveau, suite au coup de matraque reçu sur la tête. Les médecins me le diront dans deux jours." L'ancien président de l'Olympique de Marseille parle de "coups de poing dans la gueule" de sa femme : "La scène a duré 45 minutes, moi attaché sur une chaise. Elle criait. J'ai subi cet épisode comme si je recevais personnellement les coups. Ils étaient violents pour deux raisons : sûrement déçus de ce qu'ils ont pu dérober sur place, pas à la hauteur de leurs espérances ; et pour le simple plaisir de nous faire du mal."

Bernard Tapie parle de "quatre types sacrément chevronnés, casqués, cagoulés et bottés", tout en reconnaissant que "ça aurait pu finir beaucoup plus mal"... Les images de l'homme d'affaires de 78 ans, qui lutte plus que jamais contre un double cancer de l'estomac et de l'oesophage, ainsi que de sa femme - tous les deux le visage fortement tuméfié -, ont fait le tour des réseaux sociaux. "Bande de lâches que vous êtes, avait rapidement lâché son fils Stéphane sur Twitter. Je ne souhaite pas que ça arrive à vos parents un jour." Bernard Tapie continue d'être fortement lié à Marseille, où l'émotion a été vive et d'où il a reçu de très nombreux témoignages de soutien, lui qui reste comme le président le plus mythique de l'histoire du club (champion d'Europe, notamment, en 1993).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.