Giro : Le profil de la 11e étape

A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mercredi 15 mai 2024 à 09h44

Découvrez le profil de la 11e étape du Tour d'Italie, une levée de 207 kilomètres entre Foiano di Val Fortore et Francavilla al Mare.

Alors que Valentin Paret-Peintre (Decathlon-AG2R La Mondiale) a signé la deuxième victoire française de cette édition 2024 du Tour d'Italie, six jours après celle de Benjamin Thomas (Cofidis), les coureurs s'attaquent mercredi à la troisième étape la plus longue du Giro. Une 11e levée de 207 kilomètres entre Foiano di Val Fortore et Francavilla al Mare qui semble réservée aux sprinteurs. Même si la première partie de l'étape est quelque peu vallonnée, sur les 90 premiers kilomètres. Avec, comme difficulté majeure, la montée de Pietracatella (8,4km à 5,4%), qui emmènera les coureurs jusqu'à 690 mètres d'altitude. Ils vont ensuite rejoindre la côte Adriatique pour une longue ligne droite de près de 100 kilomètres. L'occasion de profiter du panorama mais surtout de se placer avant l'arrivée à Francavilla al Mare, où la victoire pourrait fort bien se jouer entre les différents sprinteurs, alors que le maillot rose Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) devrait a priori passer une journée plutôt tranquille.

Merlier ou Milan ?

Un Slovène qui domine toujours le classement général avec 2'40" d'avance sur Dani Martinez (Bora-Hansgrohe), et 2'58" sur Geraint Thomas (Ineos Grenadiers), et qui a montré la veille qu'il était parfois disposé à "partager le gâteau". "Honnêtement, on peut dire que tout le monde est content, a expliqué le double vainqueur de la Grande Boucle, qui découvre le Giro. En fait, la question n'est pas de savoir si je peux gagner ou pas. A la fin, on a levé un peu le pied, alors que la Bahrain a augmenté le rythme dans la dernière montée. On ne contrôlait plus. A mon avis, ça aurait été mieux de terminer comme on voulait le faire. Mais parfois, il y a trop de gens dans le peloton qui disent qu'on doit partager le gâteau." Reste à savoir qui en profitera mercredi, lors d'une étape qui pourrait encore sourire à Tim Merlier (Soudal-Quick Step) ou Jonathan Milan (Lidl-Trek), qui ont déjà levé les bras depuis le départ de Turin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.