Divers : Non, Ullrich n'était pas ivre

Divers : Non, Ullrich n'était pas ivre©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le vendredi 31 décembre 2021 à 19h03

Ce n'est pas une rechute liée à l'alcool qui a causé l'hospitalisation en urgence de Jan Ullrich au Mexique. L'Allemand, qui évoque "un très grave empoisonnement du sang", a encore pu compter sur son ami Lance Armstrong.



Jan Ullrich assure qu'il n'était pas sous l'emprise de l'alcool à l'occasion de sa dernière (et récente) hospitalisation en urgence, lors d'une escale au Mexique en avion - il a ensuite été transféré en Suisse. "J'ai eu une thrombose et un très grave empoisonnement du sang", explique (pour Bild) le vainqueur du Tour de France 1997, du Tour d'Espagne 1999 et champion olympique 2000, désormais âgé de 48 ans. "Mais je ne suis plus accro. J'ai subi au début du traitement un test de dépistage, qui était bien sûr négatif." Selon lui, ça ne l'empêche pas d'avoir à nouveau "frôlé la mort" en ce mois de décembre. Il précise ainsi que trois ou quatre de ses disques intervertébraux se sont "complètement effondrés" : "Je ne mesure ainsi plus que 1,81 m, contre 1,83 m auparavant."

Rétablissant donc ses vérités, l'ancien champion en profite pour remercier à nouveau Lance Armstrong : "Il a été le premier à venir me voir à l'hôpital. Il m'a beaucoup aidé." L'Allemand avait déjà fait part en septembre de sa reconnaissance envers l'Américain, dans le podcast de ce dernier : "Il y a trois ans, j'ai eu de très gros soucis et tu es venu me voir. J'ai des amis, toi y compris, qui m'ont ramené à la vie." Ullrich, deuxième du Tour de France à trois reprises derrière Lance Armstrong (2000, 2001, 2003), n'a récupéré aucune des victoires du déchu, pas plus que n'importe qui d'autre. Egalement deuxième en 1996 et 1998, il a aussi terminé quatrième en 2004 mais a en revanche perdu la troisième place acquise lors de sa dernière participation en 2005, à cause du dopage.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.