Cross-country : Les grandes ambitions de Ferrand-Prévôt pour les JO de Tokyo

Cross-country : Les grandes ambitions de Ferrand-Prévôt pour les JO de Tokyo©Media365
A lire aussi

Guillaume Issner, Media365, publié le samedi 26 décembre 2020 à 13h32

Pauline Ferrand-Prévôt est à un tournant de sa carrière. La triple championne du monde de cross-country est bien décidée à accrocher le podium aux Jeux Olympiques de Tokyo, ce qu'elle n'a pas réussi à faire en 2012, à Londres, et en 2016, à Rio.

Championne de France, championne d'Europe, championne du monde. Le palmarès de Pauline Ferrand-Prévôt en VTT est bien garni, que ce soit en cyclo-cross ou en cross-country. Ses envies de gagner sont encore débordantes, et « PFP » est désormais tournée vers les Jeux Olympiques de Tokyo pour aller remporter le titre le plus prestigieux qui lui manque, celui de championne olympique. L'athlète française, sacrée championne du monde de cross-country à Leogang (Autriche) en octobre dernier, et honorée par L'Équipe avec le titre de Championne des championnes de France, espère franchir un nouveau palier cet été. Et surtout, elle se donne les moyens de réussir. C'est pour cela qu'elle a décidé de se concentrer uniquement sur le cross-country.

Les JO dans la tête

« Avant, je manquais de foncier à cause de la saison de cyclo-cross, ce n'est plus le cas maintenant. Ca me permet d'aborder la nouvelle saison en repartant de moins loin que ces dernières années tout en ayant moins de pression de temps », a-t-elle notamment déclaré dans les colonnes du quotidien sportif. Une préparation en Afrique du Sud, puis une première compétition sur la Coupe d'Espagne fin février, sans oublier six épreuves de la Coupe du monde de cross-country du 24 avril au 4 juillet. Le programme de Pauline Ferrand-Prévôt est chargé et lui permettra « de monter en puissance » avant les Jeux sur le sol japonais. « Je ne me vois pas terminer ma carrière sans une médaille olympique. Ce serait carrément un échec, j'aurais trop de mal à l'accepter. J'ai le Japon et aussi le bonheur d'avoir les Jeux en France, en 2024. Il me reste deux chances, je ne veux pas les gâcher », a-t-elle ajouté. La 26e place en 2012 à Londres et l'abandon en 2016 à Rio appartiennent au passé. FPF est déterminée à rentrer un peu plus dans l'histoire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.