Paris 2024 - Bleus : Mbappé, Riner, Dupont, Wembanyama ou Agbegnenou ne peuvent pas être porte-drapeau, cette dernière dénonce une discrimination

A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mercredi 13 mars 2024 à 23h25

Déjà élue en 2021, Clarisse Agbegnenou sait probablement qu'elle n'a aucune chance d'être encore choisie trois ans plus tard. Ce qui ne l'empêche pas de donner son avis assez musclé.

Clarisse Agbegnenou est décidément de tous les combats. Après avoir largement contribué à la mise à disposition d'un hôtel près du village olympique pour les jeunes parents (maman d'une fille en bas âge, qui aura deux ans cet été), la championne olympique rit jaune lorsqu'elle doit livrer son sentiment à propos de la désignation du futur porte-drapeau de la délégation française pour Paris 2024 : "Exceptionnel ! Ce sondage tombe à pic. Il y a les Français et les chiffres qui expriment une certaine volonté, et de l'autre côté des personnes œuvrent en backstage pour imposer des conditions discriminantes pour désigner les porte-drapeaux."

Ferrand-Prévot, Robert-Michon ou De Jesus Dos Santos citées

Une dénonciation forte de la part de la judokate, qui s'appuie sur un sondage (réalisé par YouGov pour Linternaute.com) exprimant la volonté des Français de voir Teddy Riner être porte-drapeau, avec 27% des suffrages, devant Kylian Mbappé (19%), Antoine Dupont (16%) et elle-même en sixième position et première femme (8%). Sauf qu'aucun d'entre eux n'est éligible, puisqu'il faut un athlète qui n'ait pas déjà été désigné par le passé - ce qui a été le cas pour Teddy Riner en 2016 et Clarisse Agbegnenou en 2021 - et qui ait participé à au moins une édition des Jeux - ce qui n'est le cas ni de Kylian Mbappé ni d'Antoine Dupont.

C'est Florent Manaudou qui apparaît alors dans la position la plus favorable, quatrième (13%), devant Kevin Mayer cinquième (9%), Renaud Lavillenie (6%), Nikola Karabatic (6%) et Victor Wembanyama (6%) qui ne peut pas être retenu non plus, pas plus d'ailleurs que les deux précédents à cause d'un casier judiciaire non vierge (accident de moto pour l'athlète, paris truqués pour le handballeur). Si la décision finale se portait à nouveau sur un garçon associé à une fille, Pauline Ferrand-Prévot, Mélina Robert-Michon et Mélanie De Jesus Dos Santos sont toutes les trois citées avec 3% des voix, non loin d'Allison Pineau, Estelle Mossely, Sandrine Gruda et Koumba Larroque (2%).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.