Astana Qazaqstan : Miguel Angel Lopez licencié

Astana Qazaqstan : Miguel Angel Lopez licencié©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le mardi 13 décembre 2022 à 12h32

L'équipe Astana Qazaqstan a annoncé lundi le licenciement de son coureur colombien Miguel Angel Lopez (28 ans), après avoir découvert de nouveaux éléments le liant à une affaire de dopage.


Une place se libère dans l'effectif d'Astana Qazaqstan ! Le coureur colombien de 28 ans a été licencié lundi par l'équipe kazakhe, un an avant la fin de son contrat. La raison ? Une possible affaire de dopage. « L'équipe d'Astana Qazaqstan a découvert de nouveaux éléments montrant la connexion probable de Miguel Angel Lopez avec le Dr Marcos Maynar. En conséquence, l'équipe n'avait d'autre solution que de mettre fin au contrat entre l'équipe et le coureur, fondé sur des violations dudit contrat et des règles internes de l'équipe, avec effet immédiat. Afin de préserver les droits de l'équipe et du coureur, aucun autre commentaire ne sera fait », a écrit l'équipe dirigée par Alexandre Vinokourov dans un communiqué.

Lopez avait déjà été suspendu cet été

En juillet dernier, Lopez (une victoire cette saison, sur une étape du Tour des Alpes) avait déjà été suspendu à titre provisoire par Astana, car son nom était revenu dans une affaire baptisée « Ilex » et il avait été entendu au titre d'une « présomption de délit de distribution de médicaments non autorisés en Espagne ». Il avait été réintégré quelques jours plus tard en l'absence d'éléments pouvant le lier de manière certaine au médecin incriminé. Mais l'enquête a suivi son cours et « Superman » se retrouve licencié. Le vainqueur de quatre étapes sur les Grands Tours (trois sur la Vuelta, une sur le Tour de France), a tenu à se défendre dans un communiqué, niant « toute allégation pouvant salir (s)on nom et (s)on honneur de coureur professionnel. » « Je rappelle que je n'ai jamais été testé positif à aucune drogue ou produit dopant et que je n'ai jamais été sous le coup d'une enquête par aucune autorité », poursuit-il. En attendant, le Colombien, qui avait fait son retour chez Astana cette année, après en avoir porté les couleurs de 2015 à 2020 puis être parti chez Movistar, où cela s'est mal terminé (abandon volontaire sur la Vuelta puis résiliation du contrat en octobre), se retrouve sans équipe, alors qu'elles sont toutes en stage de pré-saison. Et cela fait un deuxième Colombien emblématique englué dans une affaire de dopage, après Nairo Quintana.. Mais son départ d'Astana va peut-être profiter à un coureur de Bamp;B Hotels, qui a mis la clé sous la porte...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.