LFB - Roche Vendée : Non-vaccinée, Plouffe pourrait quitter la France

LFB - Roche Vendée : Non-vaccinée, Plouffe pourrait quitter la France©Panoramic, Media365

Guillaume MARION, Media365 : publié le mardi 01 février 2022 à 19h05

Récemment arrivée à Roche Vendée, la Canadienne Katherine Plouffe, qui n'est pas vaccinée contre le coronavirus, pourrait devoir quitter la France à cause du pass vaccinal.



Le pass vaccinal va-t-il bouleverser la carrière de Katherine Plouffe ? Arrivée en France en 2015, celle qui compte deux titres de championne de France avec Bourges (2018) et Basket Landes (2021) évolue depuis quelques semaines pour Roche Vendée en LFB, même si elle n'a pas encore joué un match sous ses nouvelles couleurs. Or, non-vaccinée, la pivot canadienne pourrait devoir quitter l'Hexagone, car elle ne pourrait pas jouer, si la situation n'évolue pas. Mais, pour l'heure, Plouffe est en règle, après avoir eu la Covid-19 dernièrement. Une situation qui rappelle fortement celle de Waisea Nayacalevu, le Fidjien du Stade Français, ou encore celle de Novak Djokovic, qui pourrait ne pas pouvoir disputer Roland-Garros en mai prochain. « Je défends simplement la liberté de choix de chacun. Choisir ce qu'on pense être le mieux pour soi c'est le plus important », a expliqué l'intéressé, à propos de son choix.

« Je veux garder le plus important : ma liberté »

« J'ai confiance dans mon corps. Chacun doit faire ce qu'il pense le mieux pour sa santé mais je ne dis pas que le vaccin est mal pour tout le monde, pas du tout. Il protège les personnes les plus faibles ou malades. Un risque ? Non ce n'est pas un risque pour moi. Le club ne me mettait pas la pression. Si ça m'empêche de jouer en France tant pis, j'irai jouer ailleurs. C'est un luxe finalement. Ce n'est pas le cas dans d'autres métiers. Bien sûr ce serait dommage de partir mais le basket ce n'est pas ma vie. C'est mon travail. Si ça doit s'arrêter à cause de ça, c'est la vie, a également déclaré Plouffe, dans des propos recueillis par RMC Sport. Je veux garder le plus important : ma liberté. J'aime la France. J'aime le pays mais ce n'est chez moi. Je serai aussi un peu libérée de partir. Depuis deux ans, on ne parle que du Covid. Deux doses, trois doses, quatre doses... Ca s'arrête quand ? Je suis dans la minorité je le sais. J'ai un avis différent mais je n'ai pas peur de le donner. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.