F1 : Le format sprint ne marche pas pour Horner

F1 : Le format sprint ne marche pas pour Horner©Panoramic, Media365

Mathieu Warnier, Media365, publié le dimanche 05 novembre 2023 à 16h15

Malgré les succès de Max Verstappen dans l'exercice, Christian Horner a concédé que le format sprint apparu en F1 en 2021 ne fonctionne pas et appelle à revoir une nouvelle fois le concept. Toutefois, il reste ouvert à l'idée de s'en débarrasser.



Le format sprint peine toujours à convaincre. Ce samedi, le Grand Prix du Brésil a accueilli la sixième et dernière épreuve de 100 kilomètres disputée cette année et le paddock bruit d'une volonté de changer une nouvelle fois la donne. Quand bien même Max Verstappen s'est imposé sur le circuit d'Interlagos et a dominé plus de la moitié des courses sprint disputées depuis l'apparition du format en 2021, son patron Christian Horner fait partie des détracteurs de ce format de week-end voulu par les patrons de la Formule 1. « Je pense que ce que nous avons actuellement ne fonctionne pas pour les pilotes, les spectateurs ou les écuries. Je suis convaincu qu'il faut y apporter plus de substance, a confié au magazine Autosport le directeur de l'écurie Red Bull Racing. Nous venons de remporter une course sprint mais personne ne sait véritablement quoi en faire car toute la concentration est déjà tournée vers le Grand Prix. C'est comme si vous aviez gagné une course de fond et remporté une médaille pour cette performance. »

Horner voit l'argent comme une source de motivation

La réflexion sur les évolutions à apporter au format sprint en vue de la saison 2024 est en cours. Toutefois,, pour Christian Horner, il y a un moyen assez simple permettant de convaincre le paddock de prendre au sérieux ces courses sprint. « Une des solutions peut être de proposer une importante récompense financière pour l'écurie et le pilote. C'est toujours une source de motivation, affirme le dirigeant britannique. Vous verrez alors sans doute quelques célébrations à l'arrivée. » Filant la métaphore avec d'autres sports, Christian Horner confie qu'il faudra voir les courses sprint comme l'équivalent des coupes nationales en football ou dans d'autres disciplines. « Il faut peut-être considérer quelque chose de complètement différent et qui se rapproche de ça, avec une plus importante récompense qui y serait liée », ajoute-t-il. Mais s'il y a une idée que le patron de l'écurie Red Bull Racing écarte, c'est celle d'un titre mondial pour le sprint. « Je pense que nous pouvons faire mieux, affirme-t-il. Je suis convaincu qu'il y a un appétit pour une course le samedi, les spectateurs le démontrent. Mais quelle forme devrait-elle prendre ? »

Pérez favorable aux grilles inversées

Parmi les idées mises en avant par Christian Horner, on retrouve l'augmentation du nombre de points distribués ou même la possibilité d'avoir deux Grands Prix dans le même week-end. Toutefois, il y a une proposition qui trouve un écho chez certains pilotes, celle d'inverser la grille de départ pour le sprint. Si Toto Wolff reste hermétique à cela, Sergio Pérez y souscrit volontiers. « Je pense que s'ils veulent conserver ce format de courses sprint, il faut le changer, admet le Mexicain. Je proposerais une grille inversée, quelque chose qui rendrait ça plus intéressant pour le public, car je ne crois pas que ça fonctionne comme on le souhaite. Il ne se passe pas grand-chose pendant ces courses. Je pense qu'une grille inversée mélangerait tout ça et créerait davantage d'opportunités, beaucoup plus de dépassements. » Toutefois, si Christian Horner se fait également l'avocat d'une évolution du format sprint pour lui donner un intérêt, le Britannique ne ferme pas la porte à sa disparition pure et simple. « A titre personnel, je préfère l'ancien format. Je suis un traditionaliste, concède-t-il . J'aime la montée en tension. C'est comme avoir un quart de finale, une demi-finale puis une finale. Il n'y a pas de match pour la troisième place en première semaine à Wimbledon. » Pas certain que les patrons de la F1 soient du même avis.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.