Marathon de Paris : La triche, un sujet sensible mais mineur pour les organisateurs

Mathieu Warnier, Media365 : publié le samedi 06 avril 2024 à 18h00

Alors que 54 000 personnes sont attendues ce dimanche sur les Champs-Elysées pour prendre le départ du Marathon de Paris, les organisateurs de l'épreuve ont mis en place des mesures de lutte contre la triche même si le phénomène reste marginal.

C'est le rendez-vous des passionnés de course sur route. La 47eme édition du Marathon de Paris sera lancé depuis les Champs-Elysées avec la ligne d'arrivée tracées au bout des 42,195 kilomètres sur l'Avenue Foch. S'il n'est pas certain que l'intégralité des 54 000 inscrits réponde présent à l'arrivée, certains pourraient être tentés de prendre des raccourcis. Autrement dit, la possibilité d'une triche n'est pas écartée. Un phénomène qui avait fait les gros titres en septembre dernier quand un peu plus d'un tiers des participants au Marathon de Mexico avait été disqualifié pour avoir utilisé les transports en commun ou des véhicules pour effectuer une partie du parcours. Néanmoins, pour les organisateurs de l'événement parisien, « ce n'est pas un gros sujet ». Dans un entretien accordé au quotidien 20 Minutes, le directeur de la course Thomas Delpeuch assure que « la plupart des participants se lancent un grand défi quand ils s'inscrivent sur un marathon, ils le font sérieusement » et que « tricher n'est pas dans cet esprit-là ».

La technologie au soutien des organisateurs

Il y a toutefois des moyens technologiques mis en œuvre depuis 1999 pour s'assurer que les participants suivent le parcours tracé au cœur de la Capitale et qui a été récemment modifié en raison de la montée du niveau de la Seine. « Les coureurs sont équipés de puces de détection, confirme Thomas Delpeuch. On passe sur des tapis, un peu comme à la sortie d'un magasin quand la puce antivol sur les vêtements est détectée par le portique. Là c'est pareil, les chronométrages se font comme ça, tous les cinq kilomètres. » Il y a enfin une vérification effectuée par les officiels de la Fédération Française d'athlétisme (FFA) pour s'assurer que « les temps réalisés tous les cinq kilomètres sont bien enregistrés et crédibles ». Selon le directeur de la course « on parle de 100 à 200 personnes » lors de l'édition 2023 du Marathon de Paris, ce qui lui fait dire que « la triche pure et dure est plus que marginale ».

Des décisions symboliques contre la triche

Néanmoins, une disqualification peut ainsi intervenir « soit pour non-détection sur certains points, soit à cause de chronos totalement incohérents » mais elle n'est pas synonyme d'interdiction de participer à l'épreuve dans les années suivantes. Au-delà de cette recherche des éventuels tricheurs, les organisateurs de l'épreuve ont pris une décision inattendue il y a une quinzaine d'années pour réduire l'attrait de cette pratique, comme « ne plus faire de récompenses pour les vétérans ». « On ne peut pas mettre une énergie folle à courir après les quelques personnes qui font ça pour se rendre intéressant sur les réseaux sociaux, a ajouté Thomas Delpeuch. On préfère la mettre au service de ceux qui se lancent ce défi, qui en bavent, qui ont parfois besoin d'aide sur le parcours. » Ceux qui seraient intéressés par l'idée de ne pas boucler toute la distance du Marathon de Paris ce dimanche sont prévenus qu'il n'y aura pas grande chose à y gagner.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.