Vendée Globe : Les compensations en question

Vendée Globe : Les compensations en question©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mercredi 27 janvier 2021 à 15h38

Alors que les premiers navigateurs du Vendée Globe arriveront mercredi soir aux Sables-d'Olonne, on ne connaîtra pas tout de suite le vainqueur en raison des compensations horaires. Des compensations "tout à fait logiques", pour le tenant du titre Armel Le Cléac'h. 

 

Le suspense est à son comble ! Alors que Charlie Dalin (Apivia) devrait arriver aux alentours de 20h mercredi soir aux Sables-d'Olonne, juste devant Louis Burton (Bureau Vallée 2), et l'Allemand Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco), il faudra patienter avant de connaître le vainqueur de ce Vendée Globe disputé comme jamais. Et il pourrait s'agir de Yannick Bestaven (Maître Coq IV), actuellement cinquième et qui est attendu entre 3h et 5h du matin. Car comme Jean Le Cam (Yes We Cam!), Herrmann et Bestaven bénéficient d'une compensation horaire pour s'être déroutés afin de porter assistance à Kevin Escoffier le 30 novembre dernier. Le Cam, un doyen de la course qui avait secouru Escoffier et pointe désormais au huitième rang, sera trop juste malgré sa compensation de 16h, alors que Bestaven (10h15) et Herrmann (6h) peuvent eux prétendre à la victoire finale. 

Le Cléac'h : "Ça fait partie du jeu" 

Pour Armel Le Cléac'h, deux fois deuxième du Vendée et vainqueur de la précédente édition, "c'est peut-être compliqué à comprendre pour le grand public mais pour les marins, cela fait partie du jeu, a confié « le chacal » au TélégrammeIls connaissent les règles du jeu, elles sont connues depuis le départ et le jury a donné des compensations qui sont tout à fait logiques. Là-dessus, il n'y a rien à dire. Ça fait parler de la course un peu différemment mais il est vrai que ça risque d'être délicat pour Charlie Dalin car il va franchir la ligne d'arrivée en premier et il va devoir attendre d'abord l'arrivée de Boris Herrmann et ensuite celle de Yannick Bestaven pour savoir s'il termine 1er, 2e ou 3e. Ça va se jouer entre ces trois-là." 

Roura : "Un temps assez faible pour certains" 

16e du classement, Alan Roura (La Fabrique) suit tout cela de loin, mais "trouve que ça donne encore plus de piment sur ces derniers moments de course : tant que tout ce groupe ne sera pas arrivé, on ne saura pas qui a gagné !" Le skipper suisse, interrogé par Le Matin, estime en revanche " que la direction de course a donné un temps assez faible au vu de la situation pour certains skippers. Et il est très dur de savoir combien de temps un marin perd s'il va chercher quelqu'un. Le changement de système météo, le mental, bref, c'est très compliqué à juger." 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.