Vendée Globe : Davies évoque sa fin d'aventure

Vendée Globe : Davies évoque sa fin d'aventure©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION : publié le mardi 23 février 2021 à 12h50

Hors-course depuis un moment, la skippeuse brittanique Sam Davies (Initiatives-Coeur) n'a cependant pas abdiqué et s'apprête à en terminer sur ce Vendée Globe 2020.



En mer depuis plus d'une centaine de jours maintenant, Sam Davies aperçoit enfin le bout du tunnel. Contrainte à l'abandon après 26 jours de course à cause d'une quille endommagée et hors-course depuis, la Britannique a cependant décidé de continuer l'aventure. La skippeuse d'Initiatives-Coeur est désormais attendue ce jeudi aux Sables-d'Olonne. « Je n'avance pas super vite en ce moment parce que je n'ai pas les voiles qu'il faut pour les conditions actuelles. Ça va bientôt accélérer, je vais trouver du vent plus fort. J'ai réussi à réparer l'aérien pendant quelques heures. Dimanche, j'avais encore des informations de vent mais seulement par intermittence. Je pense qu'il a dû de nouveau prendre l'eau car il pleut beaucoup. Je suis encore aveugle par rapport au vent ! Ce n'est pas très agréable mais j'ai fait une Mini Transat comme ça. Je suis assez vieille alors quand j'ai fait la mini nous n'avions pas les infos du vent. Ça fait appel au feeling », a-t-elle confié à propos de ces dernier jours, sur le site du Vendée Globe.

« Quelques jours de plus ou de moins... »

« Le problème, c'est que mon mât est un peu fragile et je n'ai pas envie de risquer un départ en vrac. Quand on navigue sans info vent c'est forcément un peu plus chaud, il faut être encore plus prudent. J'arrive quand même à naviguer, il n'y a pas de problème. Je profite de ces expériences pour apprendre, pour savoir ce qu'il ne faut pas faire. Je suis plus connectée au bateau, a reconnu Davies, actuellement au large du Portugal et qui va encore passer une nuit agitée au niveau du cap Finisterre. Et comme je le connais bien, ça va aller même avec du vent fort. Je pense que Romain (Attanasio) trouve le temps plus long que moi ! Moi, je le trouve long depuis Cape Town. Alors quelques jours de plus ou de moins, ça ne me dérange pas... J'ai dépassé ce problème depuis longtemps ! Je suis heureuse d'être toujours en mer avec mon bateau et de le ramener jusqu'aux Sables d'Olonne. C'était ma mission ! »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.