Cornet : "Cette poignée de crétins, cela fait mal au cœur"

Cornet : "Cette poignée de crétins, cela fait mal au cœur"©Media365

Faraj Benlahoucine, Media365 : publié le samedi 28 mai 2022 à 18h23

Désabusée au sortir de sa défaite sur abandon contre Qinwen Zheng, Alizé Cornet était davantage affectée ce samedi par le comportement du public que par son élimination de Roland-Garros.



L'aventure d'Alizé Cornet à Roland-Garros cette année s'est achevée au 3eme tour contre la Chinoise Qinwen Zheng, endiguant par la même occasion les dernières chances de voir une joueuse tricolore en seconde semaine à la Porte d'Auteuil. La faute à un abandon de la Niçoise, insuffisamment remise d'une blessure contractée au tour précédent contre la Lettonne Jelena Ostapenko. "Hier, on a diagnostiqué une déchirure des adducteurs, une belle déchirure. Je savais qu'il allait être difficile pour moi de jouer aujourd'hui, mais j'ai décidé de jouer quand même et d'essayer, surtout avec le planning qui m'a mise sur le court Central. Je voulais faire de mon mieux pour la foule et pour le tournoi, mais ce n'était pas suffisant aujourd'hui" a confessé la 40eme joueuse mondiale en conférence de presse ce samedi.


"J'ai essayé, parce que c'est ma nature, de tenter ma chance jusqu'au bout, mais peut-être que j'aurais dû ne pas rentrer sur le court et ne pas prendre le risque d'aggraver. J'ai quand même une déchirure assez importante à l'adducteur. C'était un pari risqué, mais j'ai voulu tenter le coup" s'est justifiée Alizé Cornet. En revanche, elle s'est par la suite montrée agacée à l'encontre du public parisien. Les spectateurs du court Philippe-Chatrier ne lui ont pas fait de cadeau au moment où la douleur et le scénario à sens unique de sa rencontre lui ont fait prendre la décision d'abandonner. "Ce qui
me fait halluciner, c'est qu'il y a des gens qui ont osé me huer sur le court quand j'abandonne, alors qu'on sait que je suis assez résistante à la douleur. Si j'abandonne, ce n'est pas de gaieté de cœur. Le public français m'étonne, mais pas toujours dans le bon sens."

"C'est abusé"

Affectée par cette volte-face du public, la Française a par la suite vidé son sac. "Cela m'a fait presque plus mal que la blessure en elle-même" a-t-elle tout d'abord avoué, souriant jaune. Elle est ensuite montée au créneau progressivement. "C'est abusé quand on voit ce que je donne sur le terrain depuis toutes ces années, à quel point cela me tient à cœur." Après avoir fait part de sa tristesse, la jeune femme de 32 ans a explicitement pris à partie les auteurs des sifflets. "Oui, cela fait chier parce que c'est injuste. Cela fait de la peine mais, encore une fois, la plupart des gens sont peut-être tristes pour moi et comprennent ce qui arrive, mais cette poignée de crétins, cela fait mal au cœur." Cela a le mérite d'être clair.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.