Djokovic "antivax", c'est "dramatique" pour Michel Cymes

Djokovic "antivax", c'est "dramatique" pour Michel Cymes©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le samedi 15 janvier 2022 à 16h08

Retourné en rétention et toujours pas assuré de disputer l'Open d'Australie, Novak Djokovic, non-vacciné contre le Covid-19, "sert de contre-exemple à la vaccination" selon le médecin Michel Cymès, qui trouve "dramatique" la position du Serbe.



Alors que Novak Djokovic, qui avait vu son visa annulé pour la deuxième fois la veille, a de nouveau été placé en centre de rétention samedi à Melbourne, il ne sait toujours pas s'il sera en mesure de défendre son titre à l'Open d'Australie, qui débute lundi. Le numéro un mondial, non-vacciné contre le Covid-19 et qui pensait bénéficier d'une exemption, va devoir attendre son audience devant la Cour fédérale australienne, programmée à 9h30 dimanche matin (23h30 samedi heure française). En attendant, son cas continue à faire débat. Rafael Nadal a de nouveau chargé son rival, assénant qu'"il n'y a pas un seul joueur dans l'histoire qui soit plus important qu'un tournoi", et que "la solution est le vaccin. Nous devons être vaccinés pour le bien-être de tous et pour la santé de notre sport."

Cymes : "C'est un antivax"

Une position antivaccin qui agace particulièrement le très médiatique docteur Michel Cymes, qui s'en est ému sur le plateau de l'émission « C à vous » sur France 5. "Le point le plus important est que Djokovic est antivaccin. Il l'a dit, et pas seulement avant l'Open d'Australie, c'est un antivax, a déploré le médecin. J'entendais Didier Deschamps (qui était également invité, ndlr) parler à l'instant de l'exemplarité qu'un sportif de haut niveau doit avoir vis-à-vis des jeunes. Et je trouve cela dramatique qu'un type comme Djokovic dise ouvertement qu'il est contre les vaccins. Qu'il le soit, c'est son problème, mais il n'a pas besoin de le dire. Il sert de contre-exemple à la vaccination." Quelle que soit la décision de la Cour fédérale australienne, le Serbe, qui ne pourra cette fois pas faire appel, n'a, a priori, pas prévu de se faire vacciner pour l'instant, lui qui avait affirmé en pleine pandémie sur Facebook qu'il n'était "personnellement pas en faveur des vaccins".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.