Le tennis français inquiète

Le tennis français inquiète©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le samedi 29 octobre 2022 à 11h58

La situation du tennis français est bien "alarmante" a reconnu le DTN Nicolas Escudé, alors que peu de représentants tricolores disputeront le Rolex Paris Masters. Mais l'ancien joueur veut rester optimiste.



Une nouveauté dont on se serait bien passée. Pour la première fois depuis le début de l'ère Open, seuls quatre joueurs français sont pour l'instant présents dans le grand tableau du Masters 1000 parisien. Alors que Gaël Monfils, un numéro un tricolore qui pointe au 41e rang mondial, a été contraint de renoncer et de mettre un terme à sa saison en raison d'une blessure à un pied dont il se ressent encore, quatre Bleus seulement figurent actuellement dans le tableau : Adrian Mannarino (42e), Arthur Rinderknech (51e), Richard Gasquet (74e) et Gilles Simon (195e), en pleine tournée d'adieux et qui se voit offrir un premier tour de gala contre Andy Murray. Et si d'autres Français pourraient rejoindre ce quatuor, puisque Corentin Moutet et Ugo Humbert, qui vont s'affronter, Hugo Gaston, Quentin Halys ou encore Constant Lestienne sont engagés dans les qualifications, le constat n'en demeure pas moins "alarmant", comme l'a concédé le directeur technique national dans les entrailles de Bercy.

Escudé : "Pas de surprise"

Pour Nicolas Escudé, "il n'y a pas de surprise. Depuis presque deux ans, c'est un constat que l'on fait", a-t-il constaté lors d'un point-presse improvisé. Et l'ancien joueur reconnaît que la situation n'en demeure pas moins "alarmante" pour le tennis français, hommes et femmes confondues. "Oui, c'est alarmant par rapport à ce que l'on a pu connaître. Mais il ne faut pas tout voir en noir, parce qu'il y a aussi de belles choses qui se passent, avec de belles performances et de belles progressions. Alors oui, le tennis français n'est pas forcément à sa place, il en manque tout là-haut. Mais patience ne veut pas dire passivité, et il ne faut pas non plus se sentir désemparé. Car cela prend du temps de former des joueuses et des joueurs. Mais on voit tout de même de belles choses, je pense que ça avance dans le bon sens." Il y a effectivement quelques motifs de satisfaction, comme la belle saison de Caroline Garcia, qualifiée pour le Masters, mais cela reste un peu maigre pour un tennis tricolore désormais bien loin de sa gloire d'antan...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.