ATP : Une enquête ouverte suite aux injures racistes contre Kyrgios

ATP : Une enquête ouverte suite aux injures racistes contre Kyrgios©Media365

Faraj Benlahoucine, Media365 : publié le dimanche 12 juin 2022 à 16h37

Victime d'injures racistes ce samedi au tournoi de Stuttgart, Nick Kyrgios s'en était plaint durant sa demi-finale puis sur les réseaux sociaux. Une affaire prise au sérieux par le BOSS Open qui a ouvert une enquête ce dimanche.



Nick Kyrgios est un "bad boy" du tennis masculin, ce constat est indéniable. Ce samedi, en demi-finale du tournoi de Stuttgart, il a une nouvelle fois extériorisé sa colère en pleine rencontre lors de son duel contre Andy Murray, finalement perdu en 1h33 (7-6, 6-2). Cependant, cette incartade ne ressemble en rien à ses effusions de colère habituelles. L'Australien est sorti de ses gonds et s'est plaint au cours du match, en vain, d'injures racistes descendant des gradins. Un comportement pas du tout du goût de l'arbitre qui a tout bonnement sanctionné Nick Kyrgios successivement d'un avertissement, d'un point de pénalité puis d'un jeu de pénalité.


"Quand est-ce que cela va s'arrêter ?" s'est alors insurgé l'homme de 27 ans ce samedi sur son compte Instagram suite à cet épisode fâcheux. Une bouteille jetée à la mer réceptionnée en fin de compte par l'organisation du tournoi. "L'incident fait actuellement l'objet d'une enquête" a informé le BOSS Open ce dimanche en conclusion d'un communiqué de presse. "Le tournoi de Stuttgart est synonyme d'un environnement inclusif pour tous les joueurs, le personnel et les visiteurs, où aucune discrimination n'est tolérée. Cette attitude est vécue par toutes les personnes impliquées et responsables. Ces valeurs fondamentales sont tout aussi importantes que l'équité, la tolérance et l'esprit d'équipe pour l'événement. Par conséquent, les actions discriminatoires des spectateurs ne sont pas acceptées. Nous avons exprimé nos regrets à Nick Kyrgios et à son équipe, en assurant que toute forme de discrimination est inacceptable" a également fait savoir l'organisation allemande qui a pris cette affaire à bras-le-corps.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.