Vendée Globe / Attanasio : " Je me suis retrouvé dans un " trou à rats " "

Vendée Globe / Attanasio : " Je me suis retrouvé dans un " trou à rats " "©tiphaine puerto, Media365
A lire aussi

Marie Mahé, Media365 : publié le lundi 28 décembre 2020 à 10h40

Sur le site internet officiel du Vendée Globe, le skipper français Romain Attanasio (PURE - Best Western) a raconté ses derniers jours compliqués.



Parti le 8 novembre dernier depuis les Sables d'Olonne, comme 32 autres navigateurs, Romain Attanasio est toujours en course dans cette neuvième édition du Vendée Globe. Ce lundi matin, au pointage de 9h00, heure française, le skipper français, sur PURE - Best Western, occupait encore la 14eme place de la flotte, à 10 107 milles de l'arrivée et à 1 038,28 milles de l'actuel leader de la prestigieuse course de voiles, à savoir son compatriote Yannick Bestaven (Maître CoQ IV). Dans des propos publiés sur le site internet officiel de l'organisation, Romain Attanasio, qui se trouve actuellement en plein milieu du Pacifique, a livré son ressenti du moment.

« Je viens de passer trois jours horribles »

Le marin alterne les bons et les mauvais jours : « Je viens de passer trois jours horribles parce que je me suis retrouvé dans un « trou à rats » avec de la brise plein vent arrière : je n'avançais qu'à une dizaine de nœuds quand Clarisse (Crémer) et Armel (Tripon) fonçaient à plus de quinze nœuds ! Et enfin hier, le vent est rentré par le Sud. Là, c'est parti, ça bombarde sous deux ris et J2 ! Il commence à faire froid, surtout avec cette brise de Sud-Ouest très instable qui vient de l'Antarctique. Je viens de mettre une deuxième paire de chaussettes mais je ne peux pas démarrer mon chauffage parce qu'il y a plein d'eau qui court sur le pont et qui remplit mon échappement... Mais j'ai passé deux jours après Noël avec le spinnaker et un grand soleil ! On échange toujours entre skippers et j'ai eu Samantha (Davies) au téléphone, la maison et notre fils par Skype pour Noël : on a encore une vie sociale ! Cela change d'il y a quatre ans où je n'avais pas pu ouvrir mes cadeaux, ni le 24, ni le 25 décembre tellement on s'était fait brasser. Il faut souligner que la météo est très capricieuse en ce moment : ce n'est pas courant de faire du près dans le Pacifique ! Pour l'instant, c'est clair pour moi jusqu'au cap Horn... »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.