Vendée Globe : Attanasio galère et croise des dauphins

Vendée Globe : Attanasio galère et croise des dauphins©tiphaine puerto, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le samedi 12 décembre 2020 à 16h32

Romain Attanasio a vécu une nuit compliquée sur le Vendée Globe avant d'avoir le bonheur de croiser des dauphins.



Le Vendée Globe continue de s'étirer et alors qu'il doit bientôt franchir la longitude du Cap Leeuwin, au sud-ouest de l'Australie, Charlie Dalin file toujours devant en tête de l'épreuve sur Apivia. Mais le skipper ne possède plus que 81 miles d'avance sur Thomas Ruyant au dernier pointage de samedi (15 heures). Romain Attanasio pointe lui au 12eme rang à 931 miles. Le navigateur a passé une nuit très compliquée...

Attanasio croise de jolis petits dauphins noirs et blancs

« Une nuit catastrophe ! J'ai envoyé le grand genak, nickel : super manœuvre. Je reviens dans le bateau, le safran saute, du coup le bateau vire... Résultat : le grand genak en morceau. J'ai passé 1h30 à récupérer les morceaux... ! », a expliqué Attanasio qui se retrouve donc sans grand genak et avec un ris dans la grand-voile jusqu'à la fin de la course.


Mais après son malheur, le Français originaire des Hautes-Alpes a accueilli un peu de réconfort. Romain Attanasio a en effet eu la chance de croiser des dauphins. De magnifiques petits spécimens noir et blanc qu'il a pu admirer sur les flancs de son embarcation. « Ça m'embêtait de vous envoyer un message si négatif, mais regardez ce qu'il y a, je prends ça comme un signe, y a des dauphins que l'on voit que dans le grand sud des dauphins que l'on ne voit que dans le grand sud. Ils sont noirs et blancs, ils viennent d'apparaitre à l'instant. Excellent, ahah ! Ces petits dauphins, on ne les voit qu'ici. Allez mon pote, porte-moi chance ! Parce que là, c'est pas facile hein. Allez ça va le faire je prends ça comme un signe du destin. Ah... Il saut en plus, excellent », lâche le navigateur depuis son voilier sur une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. « C'est dur, mais on en rigolera plus tard », conclut le skipper de 43 ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.