Ski : Le géant de Val d'Isère fait rêver Noël

Ski : Le géant de Val d'Isère fait rêver Noël©Media365

Marie Mahé, publié le mercredi 11 novembre 2020 à 15h40

Dans un entretien accordé à Ski Chrono, Clément Noël a avoué penser au géant de Val d'Isère, lui le numéro français en slalom.

Il a beau être spécialiste du slalom et même en être le numéro français, Clément Noël voit visiblement plus loin. En effet, dans un entretien accordé à Ski Chrono, le skieur alpin français a confié qu'il pensait aux géants de Val d'Isère, dans sa propre station, les prochains au programme, qui sont prévus les 5 et 6 décembre prochains : « J'aimerais bien. Après, ce n'est pas moi qui décide, ce sont les entraîneurs. Dans l'idée, j'ai envie de bien m'entraîner en géant, d'en faire plus. Je ne sais pas si j'arriverai en Coupe du Monde, mais je fais comme si je pouvais. Il faut que je progresse, que je sois régulier dans cette discipline. Val d'Isère, ce n'est pas utopique, on verra bien. » Cette semaine, le Tricolore se trouve en stage du côté de la Suède avec l'ensemble de l'équipe de France de slalom, qui bénéficie là-bas de bonnes conditions : « C'était prévu comme ça depuis un moment. C'était pour avoir des conditions hivernales, des températures froides, pour changer des glaciers. Et ça tombe bien parce qu'en France, en ce moment, on ne peut pas skier. »

Noël : « Pas un mal de se dire qu'il y a du temps avant la première course »

En Suède, où sont également présents les Suisses, les Anglais ou bien encore les Norvégiens, Clément Noël, épargné par le Covid-19, a également la possibilité de se rendre compte par lui-même des différences avec la France, en qui concerne la gestion de la pandémie de coronavirus : « La différence s'est vraiment fait ressentir à l'aéroport où les gens n'ont pas de masques, où les restaurants sont ouverts. Mais à Kabdalis, où on s'entraîne, c'est autre chose : les conditions sont très strictes. On doit mettre les masques, on n'a qu'un seul restaurant disponible avec des créneaux horaires pour que les équipes se croisent le moins possible, on doit mettre des gants pour se servir. On fait très attention et c'est ce que veulent toutes les équipes. » Le premier slalom de Coupe du Monde de ski alpin est prévu dans un peu plus d'un mois, le 21 décembre prochain, du côté d'Alta Badia en Italie : « On gère le temps comme il faut, ce n'est pas un mal de se dire qu'il y a du temps avant la première course. C'est la réalité. Quand il faudra mettre l'intensité maximum, on le sentira, il n'y a pas de souci. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.