Biathlon - Coupe du Monde/Braisaz-Bouchet : " C'est un rêve ce truc ! "

Biathlon - Coupe du Monde/Braisaz-Bouchet : " C'est un rêve ce truc ! "©Media365

Rédaction Media365, publié le dimanche 05 décembre 2021 à 15h34

Dernière relayeuse française lors de la victoire à Östersund ce dimanche, Justine Braisaz-Bouchet a vécu un rêve éveillé et avait du mal à contenir sa joie à l'arrivée, tout comme ses trois compatriotes.


Justine Braisaz-Bouchet :

« Ce sont des sacrés moments à vivre. Au début de la course j'avais pas mal d'appréhension. Une minute d'avance, ça peut paraitre facile à gérer, mais en fait c'est chaud. Mais quand on a une minute d'avance en sortant du pas de tir, c'est trop bien ! Steph qui me tend le drapeau, ce sont des émotions fortes. J'avais trop hâte de rejoindre les filles, c'était cool ! Une minute c'est long, mais en même temps c'est pas grand-chose avec des balles de pioche sur un relais. J'imaginais les pires scénarios dans l'aire de départ, et à un moment donné je suis allée sur le pas de tir et je me suis dit « fais taire cette petite voix si douteuse ». Sur mon tir debout, je suis restée méthodique. Je me suis installée correctement et derrière j'ai cherché le noir (la couleur de la cible quand elle est touchée, ndlr). Et la pression retombe quand la cinquième cible bascule. Là, c'est cool ! Pendant le dernier tour, je me suis dit « c'est un rêve ce truc ! » C'est vraiment un beau sport. La dernière victoire à Ruhpolding ? Je n'ai plus beaucoup de souvenirs, ça fait du bien de raviver un peu la mémoire. »

Anaïs Chevalier-Bouchet :

« Aujourd'hui on avait les dieux du cordon (quand la cible est touchée à la limite, ndlr) avec nous. Mais la réussite ça se provoque ! »

Julia Simon :

« Ces courses en relais, ça me tient à cœur. J'ai l'impression que rien ne peut m'arriver quand je suis dans ce relais. Hier pendant la poursuite j'ai réussi à mettre le doigt sur quelque chose sur mon tir couché. Aujourd'hui, je suis partie avec un objectif de technique et je suis super heureuse d'avoir réussi à le mettre en place. J'ai fait des tirs très calmes, très posés, tout en ayant cette exigence et cette envie. C'est bon pour la suite. »

Anaïs Bescond :

« C'est un super démarrage, il faut regarder devant. (sur le fait que cela fait vingt ans que la France n'a pas gagné avec une telle avance) J'espère qu'on ne va pas attendre vingt ans pour refaire ça. C'était du beau travail d'équipe, bien construit. Je nous félicite toutes. »

Propos recueillis au micro de La Chaîne L'Equipe 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.