Un boxeur entre la vie et la mort après un combat

Un boxeur entre la vie et la mort après un combat©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 27 septembre 2022 à 11h23

Le boxeur colombien Luis Quinones (25 ans) a été placé dans un coma artificiel après s'être écroulé lors d'un combat pour le titre de champion de Colombie des super-légers.



Il était toujours invaincu après dix combats, dont six arrêtés avant la limite. Opposé samedi, à Barranquilla, au Vénézuélien d'origine Jose Munoz pour le titre de champion de Colombie des super-légers, Luis Quinones s'est écroulé lors de la huitième reprise sous les coups de son adversaire. Il était rapidement apparu en difficulté, à tel point que les observateurs présents sur place pensaient qu'il allait abandonner avant la fin du combat. Mais il a continué, avant donc de s'effondrer dans le dernier round, alors que Munoz avait enchaîné trois crochets à la tête puis deux jabs.

Un pronostic vital "très réservé"

Après l'arrêt du combat, le médecin a d'abord pu constater que Quinones répondait aux stimuli visuels. Mais ses mains, dégantés, se sont ensuite raidies, ce qui peut être le symptôme d'une blessure neurologique. Le boxeur colombien a ensuite dû être hospitalisé en urgence, alors qu'il était toujours inconscient. Victime d'un traumatisme crânio-encéphalique, il a été placé dans un coma artificiel pour 48 heures, avec "un pronostic très réservé pour sa vie", a annoncé la clinique General del Norte de Barranquilla où il se fait soigner dans un communiqué. Et il a dû subir une intervention chirurgicale pour un caillot au cerveau.


Dans un communiqué, la WBA (World Boxing Association) a annoncé "prier" pour le jeune boxeur de 25 ans et adresse "un message d'encouragement à sa famille, ses amis et tout son entourage durant ces moments d'angoisse. Nous espérons que Quinones se rétablira rapidement et de manière satisfaisante". Un nouveau point sur l'évolution de son état de santé doit être effectué dans les prochaines heures, mais les médecins ne sont pas optimistes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.