XV de France : Galthié donne les raisons de ses choix

A lire aussi

Mathieu Warnier, Media365, publié le vendredi 23 février 2024 à 15h15

Face à la presse, Fabien Galthié est revenu sur ce qui l'a poussé à titulariser Posolo Tuilagi et François Cros pour affronter l'Italie ce dimanche à Lille. Le sélectionneur du XV de France est également revenu sur les ambitions de son groupe et sa méfiance vis-à-vis de la Squadra Azzurra.

Fabien Galthié a mis fin au suspense. Ce vendredi, le sélectionneur du XV de France a dévoilé son XV de départ pour affronter l'Italie et confirmé la présence de Posolo Tuilagi. Interrogé sur le jeune deuxième-ligne de Perpignan, l'ancien demi de mêlée a surtout mis l'accent sur celui que remplace le champion du monde U20. « Je voudrais souligner le rôle de Paul Gabrillagues qui a connu une période difficile de l'intérieur, a confié Fabien Galthié. Il a été formidable lors des deux premiers matchs et il continue d'être exemplaire. Il est toujours avec nous. Il continue de nous amener toute son énergie et toute sa détermination. » Présent aux côtés du sélectionneur, Laurent Sempéré a assuré que Posolo Tuilagi est allé chercher sa place grâce à « ses prestations lors des entraînements et de ses entrées ». Romain Taofifenua, pour sa part, débutera sur le banc alors qu'il a « le même profil que Posolo Tuilagi avec plus d'expérience ». « Il finit très bien les matchs, il est très important dans la cohésion de l'équipe, a ajouté l'entraîneur en charge de la conquête et des tâches spécifiques. Il nous a rassurés le week-end dernier lorsqu'il a joué avec son club. »

Galthié voit en Cros « un régulateur »

Par rapport au XV qui a débuté en Ecosse, le deuxième changement tient à l'absence de Grégory Alldritt. Pour y pallier, Fabien Galthié a décidé de positionner François Cros au centre de la troisième ligne, entouré par Paul Boudehent et le capitaine Charles Ollivon. S'il admet que le Toulousain « se frottera moins à la ligne sur l'aspect puissance », le sélectionneur des Bleus compte sur lui comme « un régulateur », un joueur qui « sait tout faire ». « Il est capable d'être demi de mêlée quand c'est nécessaire, de jouer centre, d'être le premier soutien, d'être le porteur de balle, de sauter en touche, a ajouté Fabien Galthié C'est un joueur qu'il est important d'avoir. Il a d'ailleurs, au sein de notre groupe, été élu homme du match contre l'Irlande. Il aurait pu l'être lors du match contre l'Ecosse. » Laurent Sempéré, pour sa part, a assuré que François Cros avait été « un des avants les plus performants sur les deux premiers matchs » et salue un « joueur très intelligent qui sait faire le lien entre avants et trois-quarts ». Après l'Irlande puis l'Ecosse, l'Italie sera un nouveau défi pour le XV de France.

Galthié se méfie de l'Italie

Quand bien même la Squadra Azzurra a changé d'entraîneur depuis la Coupe du Monde, Fabien Galthié assuré que le staff des Bleus « connaît bien cet adversaire » et s'en méfie grandement. « Ce sont des Latins, entraînés par Gonzalo Quesada qui connaît bien le rugby français, a-t-il ajouté. S'il y a pas mal de joueurs qui jouent en France pour nous affronter sur la feuille de match, ce n'est pas un hasard. Ils veulent sortir leur meilleur rugby et vont être déterminés. » Interrogé sur les ambitions de son groupe avant cette rencontre, Fabien Galthié a assuré qu'il n'y a « pas plus exigeants » que les Tricolores, ajoutant qu'ils sont « très pointus sur (leur) analyse ». « Pour nous, gagner en Ecosse était un exploit, a-t-il affirmé. Si ce n'est pas compris par une partie de la population, on le comprend. Mais notre ambition est intacte par rapport au jeu de rugby. On veut jouer mieux, mais on veut aussi défendre mieux. » Ne cachant pas que le XV de France est « dans une période de résilience » après une Coupe du Monde manquée, Fabien Galthié veut un retour aux fondamentaux. «  Il faut d'abord être fort sur les bases : solidarité, engagement, courage, a-t-il conclu. Et le cœur des hommes. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.